Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13
, - 265 mots - 5 commentaires

halloween, mon cul !

Dans une société d'hypocrisie permanente où la plupart des gens jouent déjà un rôle (avec plus ou moins de talent et d'efficience), le carnaval est devenu superflu.
Ce n'est plus qu'un prétexte économique (buvettes, costumes, tourisme).

Même la Gay Pride (au moins à Paris et j'imagine dans les autres grandes capitales occidentales) n'a plus son parfum de scandale et de transgression qui la rendait importante et indispensable.

Halloween (sauf si tu as cinq ans et que tu veux "extorquer" des bonbons aux voisins – perso, je joue le jeu avec les gamins, les autres sont reçus avec une hache à la main, si tu veux du gore, tu vas être servi !), Halloweeen donc, relève de l'acculturation.
Détournement de rites anciens vers un rituel unique : l'adoration du consumérisme, sauce US.
Dans la même veine que le Nôtre Dame de Paris par Disney ou le Tintin de Spielberg... sans nier par ailleurs, la qualité graphique de ces productions.

Le problème c'est qu'on remplace l'esprit par le masque.
C'est comme piller des tombes pour remplir un musée.
Aussi bien agencé soit-il, un musée ne conserve que le masque.

Halloween, mon cul (je le répète tous les ans, je radote) !
Carnaval, mon oeil !

C'est le malsain qui se déguise en grotesque. Le ridicule au sommet de son art !
Vous les avez croisés dans le métro les adeptes des "soirées déguisées", tristes pantins à l'étroit dans leur étoffe de location bien serré les uns contre les autres (la sécurité du troupeau), parés de faux rires (genre, j'assume) et de tics nerveux.

Le carnaval (et les festivités collectives, en général) c'est la validation in vivo de "La Société du Spectacle".

Halloween ? Halle aux fails...


5 commentaires

  1. #1

    Par le à

    Halo : (Mil.) : Acronyme pour "High Altitude, Low Opening", saut en parachute initié à haute altitude avec une ouverture le plus bas possible pour limiter la dérive et les risques de détection.
    cyberpunk.asia/lexique.php

    Halo win(s), y aurait pas comme une antinomie ? Tant que j'y suis, je continue sur la lancée :)) : ça vole (bien) bas, pour tout ceux qui se déguisent pour masquer (???) le vide sidéral de leur existence. Ce n'est plus un "carnaval", mais une foire à la désespérance qui se cherche des raisons de célébrer tout et n'importe quoi, en jouant au Grand Guignol.
    Pathétique et pitoyable...

  2. #2

    Par le à

    Vivre en France = chiant?
    C'est marrant, même quand je vivais dans un pays communiste libéral, la plupart des gens avaient la simplicité de s'amuser des fêtes à leur manière sans rien dépenser, et depuis que je suis de retour en France, même pour mon anniversaire je n'ai eu droit à rien d'autre que des discours moralisateurs sur l'aspect économique de la fête. En plus, franchement, dépenser 2 euros pour deux citrouilles à creuser qui me nourriront toute la semaine, et quelques euros pour faire plaisir aux enfants et ados du quartier, et ce, UNE FOIS PAR AN... ça ne fait même pas le quart du budget d'une soirée au bar hebdomadaire de n'importe laquelle de mes connaissances (mais il y a toujours plus de tolérance envers les beuveries qu'envers l'amusement enfantin). Et pour le costume et la déco, si on n'est pas manchot on se débrouille très bien avec ce que l'on a.
    Le véritable problème des fêtes, c'est toutes ces personnes qui sont incapables de s'amuser sans dépenser des fortunes, qui achètent au lieu de fabriquer, et qui voudraient que ceux qui savent s'approprier la fête boycottent eux aussi pour cette non-raison.
    De plus, prôner l'abstinence de fête en réaction au consumérisme (sachant en plus que la plupart des rabat-joie n'hésitent pas à claquer des fortunes en clopes, alcool, nourriture industrielle au quotidien, produits apple, etc, donc hahaha) est beaucoup moins efficace que de (encore une fois), s'approprier le truc et s'amuser quand même.
    (Et Pimprenelle, j'aimerais bien savoir d'où vient ce raisonnement WTF comme quoi déguisement = vide sidéral de l'existence. ça va loin là quand même)

  3. #3

    Par le à

    @Lib : ce n'est pas tant l'esprit de la fête qui m'embête (je ne suis pas le dernier pour ça) que les codes obligatoires des fêtes imposées (Halloween, Noël, Pâques, 14 Juillet, etc...).

    Je sais bien qu'à la base, ça participe d'une appartenance au collectif mais force est de constater qu'en France (et certainement ailleurs en occident), ce ne sont plus que des parodies de fête doublées de cocours de dépenses.

    Sinon, "pays communiste libéral", c'est-à-dire ?

  4. #4

    Par le à

    Il me semble que ton commentaire reprend cette idée du "vide sidéral de l'existence", à travers le fait que les gens ne s'amuse plus pour le plaisir, mais parce que c'est "branchouille", et qu'ils préfèrent dépenser pour se vêtir (où est le plaisir de créer soi-même, comme tu le fais remarquer...) et suivre LE COURANT, qui dit qu'Halloween, c'est La fête à célébrer. À célébrer pourquoi ! La raison de cette fête me paraît être diluée dans tout un fatras m'as-tu-vu et commercial (comme Noël et cie, d'ailleurs) qui n'est apparemment là que pour justifier l'amusement.
    Soit dit entre nous, choisir ce moment plutôt qu'un autre me semble au contraire indiquer que les gens ont BESOIN de dates fixes pour.. se déguiser, faire bonne chère, protester, entamer une grève, respecter ses parents et grands-parents, etc, etc... À ce train-là, on va bientôt en arriver à fixer un jour où s'envoyer en l'air !
    Où est l'impromptu, la spontanéité, l'inattendu ?
    Attention, je ne crache pas sur l'idée de célébrer, je conchie tout simplement ces relents de consommation qui t'oblige (oui, oui, oblige !) à "marquer le coup" au moyen d'espèces sonnantes et trébuchantes, sinon tu n'as pas BIEN fêté l'événement.
    J'ai été élevée dans une famille où tout était prétexte à s'en payer une bonne tranche, car on tirait, la plupart du temps, le diable par la queue. Pour se dépêtrer des nuages lourds qui s'accumulaient très souvent au dessus de nos têtes, une infime chose agréable se devait d'être célébrée, sans chichis (smoking, caviar et champagne) mais avec amour, fous-rires, musique, bonne bouffe et déconnade en tout genre... Alors s'amuser pour le plaisir de se faire du bien, oui... Pour enrichir un peu plus ce système, NON !
    C'est Ma vision des choses au vu de ce qui se passe autour de moi, et je suis contente de voir que certains savent encore apprécier simplement s'amuser, mais ce n'est pas , hélas, le cas de tout le monde. :((

  5. #5

    Par le à

    Pardon, dans le feu de l'action (écrire les idées avant qu'elles ne s'échappent), j'ai répondu à Lib (commentaire #4) en omettant ta réponse, qui reprend, en nettement plus concis, mon argumentaire sur les dates des fêêêêêêtes occidentales.
    Mes plus plates excuses, donc, éric, pour cette redite lourdingue :-/ ...

Fil RSS des commentaires de cet article


Écrire un commentaire…

Précaution anti-spam

… ou lire un article au hasard