Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13
, - 1115 mots - 19 commentaires

Rien ne nous délivrera...

Les rockers en ont fait un sujet de prédilection et certains de ses mythes se sont d'ailleurs astreints à disparaître tôt.

« Vieillir, que c'est laid ! Vieillir, pour quoi faire ? Vieillir, moi jamais ! J'aime bien trop la vie ! »

chantait le groupe Bijou, dans la lignée du célèbre « I hope I die before I get old » des Who.

De façon assez amusante, pour qui apprécie les facéties du hasard, quelques mois après la parution de la première version studio de « Vieillir » (album "Danse avec Moi", 1977), naîtra Maïa Mazaurette qui nous livrera, quelques années plus tard (en 2009), un petit bijou littéraire pour en finir avec la vieillesse.

Le hasard faisant bien les choses, le groupe Bijou et Maïa Mazaurette sont issus du même coin de banlieue : Juvisy/Savigny/Épinay-sur-Orge...


Rien Ne Nous Survivra

édition Folio SF 403, 2011 (édition originale, Mnémos 2009).

Couverture du livre de Maïa Mazaurette, Rien e Nous Survivra, Folio 2011

Paris, aujourd'hui. Au Nord, les vieux. Au Sud, les jeunes. Entre les deux, la guerre.
La guerre et ses héros, sa violence, son injustice, son essence surtout : une guerre ne peut être que totale.
Sur cet archétype de la littérature, Maïa Mazaurette a construit une œuvre originale.

Évidemment, je ne révèlerais rien de l'intrigue ou de son dénouement... à 7€30 l'exemplaire, tu peux te l'offrir (ou te le faire offrir).

Structurellement, le livre n'est pas découpé en chapitres mais selon un compte à rebours qui alterne les points de vue de deux snipers (Silence et l'Immortel) et la propagande des Théoriciens.
Ainsi, les personnages et leurs motivations prennent corps peu à peu dans un récit volontairement labyrinthique jusqu'à la surprise finale.

Le sujet est simple : les vieux (à partir de vingt-cinq ans) doivent être éliminés. Tous les vieux. Sans pitié. Sans exception. Les jeunes ont 109 jours pour ça.

Ballotés entre une organisation para-militaire plus ou moins efficace et l'idolâtrie envers deux redoutables snipers, la jeunesse occupe le Sud de Paris et massacre du vieux autant qu'elle se fait massacrer. La guerre a commencé pour des motifs divers : idéal, vengeance, jeu, suivisme, ennui... Les Théoriciens, en charge de la propagande, ont fixé les limites : no limits !

Les héros de ce livre n'ont pas de nom. Un nom, c'est la première marque qu'un vieux appose sur un jeune. Alors les jeunes n'ont plus de noms. Que des pseudos.

Silence, l'Immortel, Vatican, Narcisse... les pseudos sont plus que des miroirs. Ils sont des professions de foi. Ils sont un itinéraire. Le renoncement à la filiation (tuer ses parents est fondateur), l'investissement solitaire ou collectif (comme sniper, dans l'Armée ou en clans), la motivation, tout se retrouve dans un pseudo. Autant bien le choisir... et s'en montrer digne.


Tels des Goya radicalisés, les Théoriciens voient les vieux comme des vampires se nourrissant du sang de la jeunesse. Pour la corrompre par capillarité. Lui instiller suffisament tôt l'idée de "devoir" qui lui fera porter le lourd fardeau de la prise en charge d'une vieillesse de plus en plus durable. De plus en plus nocive.

« Nous parlons bien de vampirisme. nous parlons bien de vieux qui sucent de la pulpe d'humains pour devenir immortels. On pourrait penser qu'ils se contentent de nous voler nos rollers et nos boîtes de nuit, mais ce serait s'arrêter aux apparences. Ils sont en train de nous dévorer. »
[Les Théoriciens — Théorie 0]

Difficile de nier une certaine vérité à ce portrait sans concession...

C'est en cela que ce livre est indispensable : son radicalisme est une autopsie de notre société qui se plait à sur-vieillir et à priver ses enfants de toute imagination et de tout libre-arbitre.

Depuis qu'il n'y a plus rien à découvrir (la Terre est ronde et l'espace est infiniment vide), l'Humanité avance en reculant.
Les agitateurs de 1968 ont perdu plus que leur crédibilité en retournant à leurs études : ils ont perdu leur avenir. Ils ont perdu le droit de rêver, de se perdre, de s'émerveiller... Et ce manque d'avenir ils l'ont jeté à la face de leurs enfants comme si ces derniers en étaient responsables !
Ils ont transformé le monde en une vaste salle des marchés et spéculent sur une matière première qui a encore ses dents de lait...

Les jeunes du XXIe siècle appartiennent à une génération copiée-collée. Leur musique est celle de leurs parents, leur cinéma est celui de leurs parents, leurs rêves et leurs cauchemars sont soigneusement élaborés par la télévision. L'espace publicitaire est devenu la plus montrueuse des écoles.
Vêtements, musique, voyages, jusqu'aux indignations écologiques, tout est puissamment orchestré par quelques vieux décideurs rancuniers et nostalgiques.

Ha ! La nostalgie. Cette putain de nostalgie que ces salopards de vieux infligent à leurs gamins. Cinéma : des remakes, musique : des reprises, philosophie : des remugles, libertés : des retards...

Peu après avoir fini ce livre, je suis tombé sur des affiches publicitaires dans le couloir d'une ligne de métro. J'ai d'abord éclaté de rire devant le ridicule de ce qui y était annoncé puis, en faisant le lien avec ce livre, j'ai eu envie de vomir.
J'ai cinquante ans (largement au-delà de la limite permise par les Théoriciens) mais je n'ai jamais trouvé que « c'était mieux avant » ; j'ai aimé ce que j'ai lu, vu et surtout entendu mais c'était hier.
Hé bien, non !
Peter Frampton revient nous jouer son Frampton Comes Alive qui le rendit célèbre en... 1976 ! tandis que Ian Anderson reforme son Jethro Tull pour une tournée Thick As A Brick, album de 1972...

Et ce ne sont que deux exemples parmi d'autres. C'est juste écœurant.
La nostalgie est une guimauve tiédasse dont l'abus est toxique.

Heureusement (ou malheureusement ?), je n'ai pas eu ce livre entre les mains au moment où les punks crachaient « no future » à la face d'un monde gérontocrate !

La haine du jeune (ce rebelle, ce voyou, cette racaille) est une rengaine constante des journaux télévisés. Alors, on tente le formatage par la consommation dès le plus jeune âge (carte bancaire, strings...). Maintenant il faut naître déjà adulte et muni d'un plan de carrière dûment tamponné et financé. Comment ne pas avoir envie de brûler un système qui ne laisse plus le temps de grandir ?

Dès que fût retombé le soufflé de 1968, les hippies renoncèrent à changer le monde et John Lennon l'annonça officiellement en 1970 : the dream is over...


Aux cours des Imaginales 2010, ce livre a reçu le prix décerné par un jury de lycéens.
Peut-être que tout n'est pas perdu et que le pire est vraiment à venir ?

Il n'est qu'à constater la détermination avec laquelle les gouvernements du monde entier luttent contre l'expansion et la neutralité du web (territoire jeune par excellence) pour espérer que se lève enfin la saine et définitive révolution qui aura raison de l'immortel silence dans lequel nous nous sommes endormis...

« De quelle autorité peut se targuer un mec qui écoute la même musique que toi, généralement infoutu de t'aider à faire tes devoirs et d'envoyer un e-mail ? [...] De plus, les vieux innocents n'existent pas. Ils ont tous au moins tué un jeune : celui qui vivait en eux. »

19 commentaires

  1. #1

    Par le à

    Mmmm... je sens que je vais prendre un peu de recul. Seulement, je ne sais pas de combien de temps je vais avoir besoin : 2 jours suffiront-ils... ou bien vais-je avoir besoin d'un mois pour donner un avis posé ?! (Un avis posé ? n'est-ce pas une attitude de vieux ?)

  2. #2

    Par le à

    Tu as tout ton temps. :)

    La seule chose qui pourrait êre considérée comme "vieux" serait une certitude inébranlable.
    Un "avis posé", peut se poser là, se reprendre et se déposer ailleurs, une fois reposé ou recomposé.

  3. #3

    Par le à

    "La seule chose qui pourrait êre considérée comme "vieux" serait une certitude inébranlable."

    Bon, eh bien avec ça je suis certaine de ne jamais vieillir. J'ai bien quelques minuscules petites certitudes mais elles ne sont pas inébranlables ^_^

  4. #4

    Par le à

    Il y a plusieurs manières de vieillir :

    - La plus classique, quand tu te regardes dans un miroir…
    - Parce que tu vois le temps passer et que tu te demandes si tu ne passes pas à côté de quelque chose… (caractéristique de la quarantaine)
    - Parce que tu te sens en décalage avec la société…
    - L’expérience du terrain miné de nos vies (quand tu t’es pris quelques châtaignes tu te tiens à carreau… et il y en a qui commencent de bonne heure ; ils n’ont pas 15 ans qu’ils sont déjà vieux. Moi par exemple !)
    - Etc…

    Personnellement, je me prends un méchant coup de vieux supplémentaire pour la troisième raison : L’évolution fulgurante des technologies et l’avènement d’internet a profondément modifié les rapports sociaux et je ne m’y fais pas… même si je tente, par le biais des blogs, d’en tirer mon parti ! Je ne pense pas que le monde était mieux « avant » ; j’écoute autant de dancefloor et de techno que de rock version 80ties, de jazz ou de musique classique. Idem pour le cinéma ou la littérature… je pense que chaque génération produit ses petites perles… à sa manière, en fonction de ses moyens !

    « Facebook m’a tuer » ne m’a pas consolée de l’attitude de mes contemporains, des portables, des i-phones, des réseaux sociaux… ça me fait chier quand tout le monde sort son blackberry et passe 2 heures à souhaiter la bonne année aux gens qui ne sont même pas présents… comme si ça ne pouvait pas attendre le lendemain. Mon beau-frère me fait chier qui ne sait plus parler d’autre chose que de technologies. Ô combien twitter c’est génial ! Les gens sont devenus des obsédés du clavier ! A quoi servent les regards et les sourires quand il y a des touches au bout des doigts ?! On ne force pas les gens à aimer le sport ou les livres, ils ne se sentent pas déphasés pour autant… Ouais, je sais, je suis une vieille schnoke ! Au feu les vieux schnoks…

    Tu sais qu’un laboratoire à Nice aurait trouvé le moyen de rajeunir les cellules ; ils entrevoient déjà des tas de possibilités… Bonjour le vieillissement de la population. En cas de guerre entre les plus et les moins de 25 ans, même les jeunes guerriers les plus vaillants n’auront aucune chance sous le nombre écrasant des « vieux » (les 300 soldats spartiates de Léonidas sont tous morts sous la glaive des innombrables perses !) Mais franchement c’est con, que deviendraient les vieux s’il n’y avait plus de jeunes pour les remplacer ???!

    Et puis toi Eric, avec tes 50 ans, qu’est ce que tu attends pour te brûler la cervelle ? Non… c’est vrai … tu as gardé l’esprit jeune. C’est dans la tête que ça se passe. BRAVO. Dans « le meilleur des mondes » d’Aldous Huxley ils supprimaient aussi les vieux, sauf qu’ils se foutaient des conflits de génération, des valeurs jeunes... Si ma mémoire est bonne cette société futuriste les supprimait car ils n’étaient plus utiles à la société… tu payes pas tes cotisations, hop, t’es éliminé !

    Bon, j’essaye de prendre ton billet à la légère mais je trouve que c’est déjà assez rude de vieillir sans qu’on te fasse comprendre que t’es bon pour la chaise électrique parce que tu n’as pas préservé ta « rebelle attitude ». Les vieux ne sucent pas le sang de la jeunesse, ce sont les hommes (au sens des êtres humains) qui sucent le sang à TOUT le monde au nom du sacro saint argent. Il n’y a qu’une seule religion : l’ARGENT ! Comme je disais il n’y a pas longtemps –remember- l’argent est le moteur de notre société, or les jeunes sont de si belles cibles… tout comme le vieux, les vrais vieux à qui on peut faire avaler n’importe quoi. Pourquoi vouloir les tuer ceux-là alors qu’ils retombent en enfance, hein ? : ils disent toujours non, comme les enfants, tapent des pieds, comme les enfants, ne vivent que dans leur petit monde, comme les enfants… Par contre ils coûtent trop cher, donc OK avec les Théoriciens, pas de quartier… Entre la maison de retraite à payer et les vacances aux Maldives, il n’y a pas photo… je comprends bien que ce n’est pas sous cet angle que l’idée de vampirisme est exprimé dans le roman… mais c’est d’avantage la réalité !

    Tu sais ce qui déclenche le passage de l’enfance à l’âge adulte ? (l’instant où il faudrait buter les gens –et non pas la limité de 25 ans- ?) C’est le moment où tu prends conscience de la valeur et du pouvoir de l’argent ! ça c’est une magnifique certitude absolument inébranlable ^_^

    Quant à la nostalgie, ne s’agit-il pas plutôt d’un manque d’imagination, ou comment se faire des thunes sans se casser la tête ?!

    Et quant à la notion de « devoir » t’inquiètes, c’est en voie de disparition… internet fait partie des médias qui éduquent les jeunes aujourd’hui et dans cet espace le mot « devoir » ne fait plus partie du vocabulaire ; rien d’étonnant que les vieux soient aussi méfiants n’est-ce pas ! Moi le net me déprime, mais c’est normal je suis une vieille dans la tête. Je veux comprendre comment le monde évolue (ce qui explique ma présence ici) et sans prétendre aucunement que avant c’était mieux, le présent, l’avenir tel que je le perçois, pour le meilleur et pour le pire, me file le bourdon… c’est pas l’envie qui me manque parfois de m’enfermer dans une bulle, de jouer l’autruche. « Au bonheur des lâches » comme dit si bien un vieil ami…

    Au final, la haine des jeunes, la haine de vieux…pfffff, qu’est-ce que tu fais toi aussi : râler, critiquer, vitupérer comme tout le monde sans distinction d’âge ni de sexe !

    Sur ce…si tu as une adresse où je peux trouver de l’arsenic, je suis preneuse. Une mort nette et sans bavure, ça me tente bien… Je préférais autant que possible ne pas traumatiser mes jeunes et idéalistes enfants en faisant éclater ma cervelle sur le mur de la cuisine ou en laissant couler mes intestins hors de mon ventre, ça les ferait vieillir d’un coup. Mais bon, en même temps, la violence, avec la télé, tous ces jeux vidéos, ils ont l’habitude ! Et si quelqu’un veut se joindre à ma petite sauterie, c’est avec plaisir, plus on est de vieux, plus ont rit ^_^

    Pour ce qui est du roman de Maïa, je le laisse aux lycéens.

    PS : je n’ai pas pris assez de recul, mais au fond je m’en fous. Je garde quelques traces des comportement immature typique de la jeunesse : impulsivité, impétuosité, je me lance tête baissée sans penser aux conséquences… le tout avec une mentalité de vieux ^_^

  5. #5

    Par le à

    Je connais quelqu'un qui m'a reproché une certaine tendance à l'envahissement... Malré toutes mes bonnes résolutions à être sage, là, ça a été plus fort que moi... ^_^

  6. #6

    Par le à

    Véro, je suis plutôt satisfait de te voir te lâcher...

    Le sujet est vaste et tu en parles bien... tu devrais ouvrir un bog ! ;)

  7. #7

    Par le à

    Ouvrir un blog, ou un "suicidoir" (pour parodier le "gueuloir" de Flaubert).
    Être vieux, c'est se sentir (ah, le pouvoir de l'odorat...) vieux. Et la société de consommation a vite fait de te le faire renifler (et donner envie de disparaître), car si tu ne désires pas telle ou telle chose, tu es "has been", plus dans le coup, dépassé, donc, VIEUX !
    La jeunesse éternelle appartiendrait ainsi à ceux qui possèdent LE pouvoir (de vie et de mort ^^) : L'ARGENT.

    Bye, bye, sans moi, alors ^_^, je préfère rester vieille (de tête et de corps) que d'adhérer à cet "Élixir de vie".

    Je rêve où il n'y a que des "vieux" à avoir réagi sur ce sujet ? La discrimination trouve niche partout, mes bons amis... (Ça fait assez Mémé radoteuse, là :D ?)

  8. #8

    Par le à

    C'est bien aimable cher éric... mais quand aurais-je le temps de m'occuper d'un blog ? Je surfe sur internet pendant mon temps de travail. Oui, c'est maaaal, je sais. C'est facile, mais c'est quand même pas ce qu'il y a de mieux ! En dehors du boulot, que ce soit en obligations ou pour le plaisir, mon emploi du temps est full ^_^ Créer un blog pour écrire un article tous les premiers jeudi du mois c'est franchement pas la peine... il y a des jours, pourtant, c'est pas l'envie qui me manque...

    @Pimprenelle. Un film va bienpôt sortir au cinéma. Je ne me souviens pas du titre mais en gros ça raconter une histoire d'humains qui vivent jusqu'à 25 ans, ensuite ils payent pour bénéficier de temps de vie supplémentaire et il n'y a que les riches, forcément, qui vivent vieux... sauf qu'ils ne vieillissent pas vraiment, un truc comme ça ! Pas mal trouvé non ?!

    Mais qu'est-ce qu'ils ont tous avec les 25 ans? Commence-t-on vraiment à vieillir à âge-là ??? o_O

    Une mémé radoteuse ? Super, comme ça nous sommes deux. Pimprenelle et moi avons le même âge ^_^

  9. #9

    Par le à

    Hello, Véro, comme niveau film, j’attends les sorties en DVD, je ne regarde jamais ce qui sort en salle (à part les dessins animés) mais INTERNET, c'est le top pour la recherche.
    "Time out" avec une réplique traduite ^_^ : "Les pauvres sont condamnés à mourir, c'est le SYSTÈME qui veut ça !"
    Ah, mais sans qu'il soit besoin d'une limite d'âge butoir, il me semble que l'ARGENT - donc le système - fait déjà le tri entre qui "mérite" de vivre, et qui ne le peut pas, faute de moyen : la maladie et la médication qui va avec...
    Donc pas vraiment de l'anticipation, juste une idée arrangée à la sauce thriller. Et pour quoi ? Pour faire vendre ! Tiens, comme c'est bizarre (°~°)
    Bon, ceci dit, je ne me sens pas vraiment mémé... et je ne pense pas que tu le sois non plus, Véro, mais si c'est l'être que de penser comme nous le faisons, je laisse aux autres leur jeunesse.

  10. #10

    Par le à

    "Donc pas vraiment de l'anticipation, juste une idée arrangée à la sauce thriller. Et pour quoi ? Pour faire vendre" On tourne en rond, n'est-ce pas ^_^

    Autrement, et comme je te disais récemment, un jour je me sens comme la pire des rombières, le lendemain comme la plus innoncente des péronnelles. En ce moment je suis à fond dans la phase rombière ^-^

    Si le temps devait s'arrêter à un âge, honnêtement, je choisirais le nôtre -et non pas 25 ans- seulement il faut qu'il s'arrête ^_^

  11. #11

    Par le à

    @Véro : dans dix ans tu diras la même chose ("Si le temps devait s'arrêter à un âge, honnêtement, je choisirais le nôtre")... :)

    On dit ça depuis qu'on a 20 ans... personne n'est pressé de grandir et pourtant tout le monde (ou presque) finit par s'y résigner.

    Perso, je m'en fous un peu... si le temps devait s'arrêter, au moins qu'il ne s'arrête pas avant que j'ai atteint le prochain bar !! Ce serait con !! :D

    @Pimprenelle : se sentir vieux, oui, ça arrive et pas seulement devant une vitrine de jouets hi-tech. ;)
    Certains jours, le corps a juste envie d'une camomille et d'une sieste.

    Je crois que l'essentiel, quelque soit l'âge, c'est de rester dans une adéquation corps-esprit.

    Un jour vieux, un autre plus jeune, un jour sale gosse, un jour vieux sage...
    un jour péronnelle, un jour rombière (dixit Véro) ! :D

  12. #12

    Par le à

    @éric. Tu as entièrement raison. A 20 ans qu'est-ce que mes parents me paraissent vieux, didjou ! Bon, eh bien en ce qui me concerne j'aimerais que le temps ne s'arrête pas tant que je n'aurais pas fait le tour du monde en voilier... ou le tour de l'étang de Thau, c'est plus abordable. Donc, pas d'inquiètude ! ^_^

    PS : Pourquoi on ne dit jamais vieille sage ?!!!

  13. #13

    Par le à

    @Véro : peut-être parce que les filles sont sages beaucoup plus tôt que les garçons ? :)

  14. #14

    Par le à

    Rhaaaa... ça sent la manoeuvre de séduction ! ^_^

  15. #15

    Par le à

    "manoeuvre de séduction"... va vraiment falloir que j'écrive un dictionnaire des pléonasmes ! ;)

  16. #16

    Par le à

    Pléonasme, pas complètement, non... !

    En tout cas c'était bien trouvé, je ne m'y attendais pas... vil séducteur ^_^

  17. #17

    Par le à

    Ben, comme vous le faites si bien remarquer, la vieillesse (d'âme, car hélas, le corps suit les rythmes biologiques du vieillissement) de l'esprit ne dépend que de nous.
    Je suis d'accord avec toi, Véro, il y a des jours où j'aurais besoin d'une baby-sitter, tellement je me sens retomber en enfance, et d'autres où le centre de gérontologie me paraîtrait plus approprié ^^. Quoi que, savoir (et pouvoir) faire marcher la cervelle, c'est un moyen infaillible de non-vieillissement.
    Et puis, ne nous leurrons pas, certains ont plus de facilité à assimiler que d'autres. Mais pourquoi cette manie agaçante de vouloir classer ton attitude suivant que tu sais "jouer" (c'est toi qui l'as dit, éric :)) ) avec les produits High-tech, ou simplement (pas si facile, d'ailleurs) jongler avec les mots (jusqu'à la séduction, n'est-ce pas ?) ? Pourquoi vouloir à tout prix (Hummmm...) établir un classement, qui dépend de "l'air du temps" (autrement dit la MODE) ?
    Et là, il me semble que je rejoins ton point de vue, éric. Cette discrimination (in - has been / jeune - vieux) est, non seulement arbitraire, mais elle ne grandit pas l'être humain, qui devrait ACCEPTER la diversité et l'aimer tout court !
    Là, l'origine de la citation peut prêter à controverse, mais il n'empêche qu'elle est rudement bien ; "Aimons-nous les uns les autres".
    Ouais, radoteuse ET utopique, mais je l'assume ;))

  18. #18

    Par le à

    Radoteuse est la muse
    du Radeau de la Méduse
    où le rat d'eau s'amuse !

    Haïku topic !! :D

  19. #19

    Par le à

    Vive les vieux ! ^_^

    @éric. Joliiiii...

Fil RSS des commentaires de cet article


Écrire un commentaire…

Précaution anti-spam

… ou lire un article au hasard