Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13
, - 375 mots - 43 commentaires

Pour Maïa...

Le monde est cruel et injuste. Ou l'inverse.

Mais c'est de ta faute : tu nous as trop habitué au caviar sémantique et à son coulis de figues fraîches sur lit de pétoncles braisées...


Horreur, malheur et changement d'heure, voilà que l'on s'aperçoit soudain que la salle où tu nous reçois n'est plus cet ilôt paradisiaque sur lequel ne souffle que la brise calme du matin — ilôt que l'on croyait immunisé contre le consumérisme clinquant — mais une espèce de boui-boui aux palissades inachevées et couvertes de réclames pour d'odieux colifichets gadget-settissimes, pour d'outrageantes horlogeries de ministres de droite, pour de diarrhéiques collections d'attifages ridicules et obscènes, orgie de monstruosités qui feraient passer les plus über-kitsch des babioles pourrissant au bas des vitrines des échoppes de Barbès pour une rétrospective Charlotte Perriand !

Quoi ? Maïa, notre Maïa, récupérée par l'ignoble GQ ?
Mais alors, c'est la fin du monde et les aliens ont gagné ?

Ainsi, pendant que le caca-pipi-talisme continue d'inonder cette pauvre planète à l'agonie de ses nauséabondes et putrides notations, l'ire et le courroux ne servirait qu'à fustiger la traitresse blogueuse qui fait rien qu'à gagner sa vie avec ce qu'elle écrit ?

J'avoue que certains commentaires sur cette non-histoire m'ont fait me partager.
D'un côté (le bras gauche, la cage thoracique, et l'arrière des genoux) : hilarité, moquerie, et stupéfaction.
De l'autre (les entrailles du crâne et les neurones du slip) : colère, indignation et chocolat chaud (c'est l'heure du goûter) !

OK, les personnes qui ont tenté l'intégration de Sexactu sur la plateforme de GQ ont dû passer leur diplôme de webmaster avec Christine Albanel. Et le rater.
Mais qui est la plus emmerdée dans cette histoire ? Bon, avec un peu d'astuce tu découvriras la réponse dans la question...
Maïa a peut-être perdu la moitié de ses lectrices et lecteurs (sans doute partis léviter sur une quelconque hauteur tibétaine et se ressourcer l'âme en psalmodiant quelques mantras étiquetés commerce équitable...) !

Pas grave. Resteront finalement ceux et celles qui te suivront en enfer comme au ciel, avides (et déjà en manque) de ton humour, de tes découvertes, de ton absence de préjugés, de ta générosité.

À bientôt sur Sexactu !  :)


(cet article fait suite au déménagement chaotique, cafouilleux et cauchemardesque de la base de données Sexactu sur le site de GQ — par ailleurs employeur de longue date de Maïa — et à l'outrance de certaines réactions.)


43 commentaires

  1. #1

    Par le à

    Bien dit bouffi !

    Mais ne dit-on pas ? «Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse.»

    Ceci dit je ne boirais jamais une Westvleeteren dans un <i>biess plat-cul</i> ... et donc laissons un peu de temps aux webmasters du clicodrome-à-pub, j'ai dit GQ ;-)

  2. #2

    Par le à

    Westvleeteren !! J'aime leur page de présentation et leur "codex consumeris" !! :)

    Bon, reste plus qu'à penser à réserver, à acheminer, à goûter, à reserver, etc... ^ ^

  3. #3

    Par le à

    "Pas grave. Resteront finalement ceux et celles qui te suivront en enfer comme au ciel..."

    Tu l'as dit !

  4. #4

    Par le à

    Éric... je t'aime !

    Mais... franchement, si l'affichage des commentaires reste comme ça, je sais pas si j'aurai le courage de continuer à lire Maïa :(

    Pour les pub apparemment adblockplus m'a évité le pire, mais malgré ça, je trouve l'aspect trop mercantile.

    On verra bien quand les travaux seront fini...
    J'espère qu'ils vont se dépêcher...

  5. #5

    Chocolat chaud dans le slip, j'appelle ça une chiasse.

    Pour le reste, je rejoins SaC: sachant que Maïa est la première à estimer que les commentaires sont partie prenante de l'article, je doute que leur présentation actuelle facilite les interactions...

  6. #6

    Par le à

    Oui et non.
    Autant je plains Maïa pour les cafouillage, autant on ne me fera pas gober qu'elle a envisagé cette migration sans accepter en toute connaissance de cause la charte graphique du site, ni ses limites et ce qu'elle impliquerait en terme de changements ergonomiques.

    Alors, est-elle victime d'une mauvaise intégration, ou n'est elle pas plutôt victime d'avoir mésestimé les exigences -visuelles, ergonomiques, etc. - de ses commentateurs ?

    J'aimerai me contenter de fermer les yeux et de ne croire qu'en la première hypothèse, mais il y a eu Fluide.G, les changements de tonalité de ses billets, etc. etc. etc. trop de points -beaucoup trop- qui convergent vers la validation de le seconde hypothèse.

    Si j'étais réellement méchant, je dirais qu'elle nous à pris pour des cons.
    Je crois plutôt qu'elle était prise dans son "trend perso", et ne s'est pas rendu compte que bon nombre d'entre nous n'étions pas sur la même longueur d'onde.
    Ainsi nous nous sommes retrouvés propulsés dans un environnement profondément débilitant qui prend ses visiteurs pour de vulgaires consommateurs attardés aux cerveaux éminemment "disponibles".

    Peut être qu'en effet l'ambiance de travail y est cool, les collègues sympas, etc. mais ça, à priori, on n'en à rien à faire : on peut bosser dans une super ambiance avec des collègues géniaux et fabriquer des instruments de torture et des mines antipersonnel à la chaine.

    Je lui laisse le bénéfice du doute quand aux cafouillages techniques, mais que l'on ne me fasse pas croire qu'elle n'est qu'une victime innocente et totalement ignorante : l'aspect du "produit" correspond en tout points à la carte graphique de GQ -magazine dans lequel elle travaille.

    Ce n'est pas parce que j'apprécie Maïa que je vais faire comme si de rien n'était quand ça chie dans le ragoût.

  7. #7

    Par le à

    Wakajawaka, pour ce que j'en sais, la charte d'intégration de Sexactu prévoyait justement un design conforme à l'ancien de façon à ce qu'il n'y ait pas de rupture.
    Pour rappel, cette intégration aurait dû se faire il y a déjà quelques mois... il semble au vu des transformations au coup par coup que c'est bien le service technique qui a pleinement merdé.

  8. #8

    Par le à

    Puisse tu dire vrai !
    Parce que franchement GQ est à mes yeux dans le peloton de tête des plus mauvaises publications française. (Je ne cache pas ma profonde détestation de ces magazines féminins/masculins/fémisculins).

    En terme de code, ça me semble un sacré merdier d'intégrer sans couacs des choses aussi dissemblables en terme de design et de fonctionnalités que Sexactu et GQ d'où mon interrogation quand aux modalités réelles de la fusion.

    Sans faire un procès d'intention à Maïa - vu que je ne connais en rien ses intentions réelles- j'ai cependant du mal à la considérer sous l'unique angle de la "victime". L'angélisme n'est pas mon fort et j'ai un machin appelé Fluide.G coincé en travers de la gorge (pour ne pas dire ailleurs) qui a pas mal fait baisser ma confiance en son "intégrité".

    L'ancien Sexactu était peut-être améliorable, mais en tout points bien supérieur au site de GQ.

    J'espère cependant qu'elle se sortira de cette galère.

  9. #9

    Par le à

    J'arrive à faire abstraction des pubs (mon cortex visuel a développé une "zone grise") mais si l'accès aux commentaires reste comme tel, je n'irai plus.

    Et sinon, Éric, pas moyen de te demander comme ami sur fb ? Cadenassé, verrouillé, pour vivre heureux, vivons couchés ?

  10. #10

    Par le à

    @ Polynesia, oh, oui ! vivons couchés ! :D

    Sinon pour FB, j'ai modifié certains paramètres (c'était effectivement bien cadenassé), essaie à nouveau. ;)

  11. #11

    Par le à

    C'était bien cadenassé en effet, je l'ai trouvé tout de suite, grâce à la technique ninja.

  12. #12

    Par le à

    Les pubs me dérangent pas plus que ça: ça permet à Maïa de vivre et donc de pouvoir écrire.
    Il lui faut juste torturer un peu le webmaster de GQ pour réviser les commentaires et le système de balises.
    La force de Maïa était son indépendance et ce blog "fait maison" qui donnait l'impression de pénétrer chez elle.
    Désormais elle nous reçoit dans un Grand magasin bruyant, bon, bah faudra parler plus fort :)

  13. #13

    Par le à

    Je me suis absentée 3 jours en espérant que... Déception quand tu me tiens...

    Enfin bref... les pubs ne me gênent pas tant que ça non plus à condition que ce soit bien géré (j'ai travaillé 3 ans pour un hebdomadaire gratuit financé à 100% par la pub, donc...) Que Maïa ait voulu gagner en confort de vie, notamment en gagnant mieux sa vie, ça peut se comprendre quand même... Pour ma part je regrette seulement la manière dont elle s'y prend. Peut-être, ce faisant, a-t-elle voulu se débarasser des soucis techniques et de gestion (désormais elle pourra se contenter d'écrire). Bien sûr je ne connais pas toute l'histoire, ni ses réelles motivations. Disons que j'aurais préféré largement qu'elle garde son automnomie et son blog. Elle pourrait :

    1° Introduction de la pub sur sexactu pour le financer au mieux (malgré qu'elle ait toujours refusé de le faire -je préfère ça que GQ dont le style ne me plaît pas du tout-)

    2° Développer le site, créer d'autres rubriques que le sexe, éventuellement (personnellement je sature à parler sexe et si je reste malgré tout sur sexactu c'est grâce à l'ambiance et le dynamisme du blog -j'en ai pas trouvé d'autre de semblable!-)et cela afin de développer la "clientèle" et générer plus d'argent (puisque le but est en partie là)

    3° A ce stade elle ne peut plus travailler toute seule (même si ce n'était pas tout à fait le cas, il me semble). Prendre un associé (tout en restant majoritaire ^_^) pour gérer toute la partie technique, commerciale et de gestion. Ainsi elle pourra se contenter de voyager et surtout d'écrire. (Un clin d'oeil à éric qui cherche du boulot ^_^ Tu es le candidat idéal camarade puisque tu te soucies beaucoup d'elle et de ses intérêts...) Embaucher des pigistes pour alimenter les différentes rubriques...

    OK, elle fait ce qu'elle veut mais... Maïa a crée un "produit" qui fonctionne, il faut le développer, déléguer et surtout rester maître du navire, plûtôt que de vendre son âme au diable...

    PS : je connais bien un homme qui faute de posseder les moyens de ses ambitions à passé toute sa vie à vendre son âme au diable...

  14. #14

    Par le à

    Franchement, il faut arrêter avec "elle a vendu son âme au diable"...

    Maïa n'a pas pris sa carte à l'UMP, elle ne tire pas sur des manifestants en Syrie, elle ne dissimule pas les rapports défavorables à la sécurité des centrales nucléaires... elle se contente depuis des années de donner (oui, donner) à son public l'un des meilleurs blogs francophones.

    Elle s'est juste faite "escroquée" par un service technique totalement incompétent en terme d'intégraton web.
    Ce qui la meurtrit suffisament.
    Elle n'a pas besoin que ses lecteurs/lectrices l'insultent, lui crachent dessus, commencent à sortir les plumes et le goudron alors qu'elle est la seule victime de cette histoire.

    Pour paraphraser une devise ridicule :
    « Ne demande plus ce que Maïa peut faire pour toi mais ce que toi tu peux faire pour Maïa. » :D

    Parce que c'est bien beau de parler de communauté, tout ça... il faudrait aussi , parfois, le prouver. ;)

    D'autant que le retour de Sexactu risque de prendre quelques semaines...

  15. #15

    Par le à

    Tu peux dire ce que tu veux éric... cet homme dont je parle avait du talent, mais à chaque fois qu'il a crée un produit il s'est retrouvé paralysé par un manque de moyens, ça n'évoluait pas assez vite à son goût et afin d'injecter de l'argent dans son entreprise il la vendait tout en restant le gérant, sauf qu'il n'était plus seul à tenir les commandes : Il a sacrifié à chaque fois sa liberté d'action et de décision. Moi j'appelle ça vendre son âme au diable ! Le diable étant ceux qui possèdent l'argent ET le pouvoir de décider...

    mais c'est pas grave, elle verra avec le temps...

  16. #16

    Par le à

    Pour ma part je ne l'insulte pas, mais il ne faut pas se voiler la face, hein ! "Fusionner" avec GQ n'est pas la seule alternative... c'est juste la plus facile. A mon sens il y en a de meilleures et je les exprime. Basta !

    Pour ce qui est de la carte UMP, je connais de nombreux artisans qui travaillent dur, ne roulent pas sur l'or, restent intègres autant que possible... mais ils votent à droite !

  17. #17

    Par le à

    C'est un jeu ? Faut chercher l'erreur ? :D

  18. #18

    Par le à

    Pour ma part, comme je l'écrivais plus haut (je crois... je reviens juste d'un séjours loin de la civilisation et de ces choses étranges que sont l'électricité le gaz et l'eau courante), je vais me contenter d'attendre et de juger sur pièce du devenir de Sexactu.
    Pour l'instant ce site n'a plus aucune existence à mes yeux.
    Quand à juger de Maïa, je préférerai m'en abstenir, même si j'ai bien du mal à ne pas sentir la balance pencher du mauvais côté (par exemple ne s'est elle pas livré à un lamentable placement de produit dans un billet faussement humoristique dans Fluide Glamour n° je ne sais combien ? ).
    Fluide Glamour qui d'ailleurs partage avec GQ bien de mauvais points communs.

    Si Sexactu venait à ne devenir plus qu'une annexe de cette insupportable vitrine de la connerie branchouille qu'est GQ ma foi, qu'en dire ?

    En toute choses ce sont nos actes seuls qui nous jugent.
    Donc attendre et voir.

  19. #19

    Par le à

    Qui parle de jeu... ?

  20. #20

    Par le à

    Je vais te dire un dernier petit truc, éric. Il y a quelque chose d'indéniablement égoïste dans la déception que je ressens à voir sexactu disparaître –tel qu’il existait- et la crainte, entre guillemets –ça ne va pas me rendre malade non plus- de ne pas retrouver cet espace convivial et dynamique. Je ne le nie en aucun cas. Au final, si sexactu fonctionne aussi bien à l’intérieur de GQ (ce n’est qu’une enveloppe, tu l’as dis) qu’est-ce que ça PEUT ME FICHE ???! Et donc, cette alternative à QG dont je parle, c’est UNIQUEMENT pour elle que je le dis, pour son avenir… Pffff... Non mais de quoi je me mêle... de mes oignons dorénavant !

  21. #21

    Par le à

    Vendre son âme au Diable? Je n'en ai pas grand chose à dire, je laisse la parole à Twain :


    "Je choisirai le paradis pour le climat, et l'enfer pour la compagnie."

    Hell yeah! o/

  22. #22

    Par le à

    Personnellement, le seul diable que je veux bien côtoyer est celui qui m'invite à faire la fête... je lui prête mon âme l'espace d'une soirée. Ensuite, je la récupère... non mais !

  23. #23

    Par le à

    Désormais, on est prié de "penser dans le rang" sur le nouveau Sexactu.

    Que l'on ne me fasse pas gober que ce n'est pas avec le total assentiment de Maïa quand au contenu de son "blog".

    Je n'aurai donc qu'un mot : vendue !

  24. #24

    Par le à

    @ Wakajawaka : je suppose que c'est parce que tu es pure innocence et parfaite lumière que ton blog est chez Google (ces vrais philantropes) et tes commentaires non libres (puisque soumis à modération a priori) ?
    Je pense que tu n'aimerais pas être insulté sur ton blog, les gars de GQ pensent sûrement pareil...

    Maintenant, je ne suis pas le récipiendaire des doléances concernant la nouvelle pateforme Sexactu, je ne transmets pas à Maïa ce qui se dit ici, je ne filtre pas non plus mais bon, allez se plaindre chez X de ce que fait Y, c'est un peu une perte de temps, non ?

    Wakajawaka, tu vas trop loin dans l'insulte gratuite et pour des raisons somme toute assez vénielles...

    Libre à toi de le faire, bien sûr, mais alors adresse-toi aux bonnes personnes, le web est plein d'outils passionnants pour ça !

  25. #25

    Par le à

    "Maintenant, je ne suis pas le récipiendaire des doléances concernant la nouvelle pateforme Sexactu"

    C'est pour ça que tu tends la perche : en écrivant un billet là-dessus ?

    En tout cas, je souhaite bonne chance à Maïa...

  26. #26

    Par le à

    Je pense avoir compris le problème, vous me corrigerez si ça ne vous correspond pas. Finalement, on ne veut pas "donner" nos commentaires à GQ que nous n'apprécions pas et qui ne nous met pas à l'aise, les pubs donnent l'impression de discuter dans le métro plutôt que chez soi. Avec des lecteurs invisibles.
    Sur SexActu, on ne savait pas forcément qui nous lisait mais l'indépendance permettait de sentir plus à l'aise que sur un mag agressif et pas du tout intimiste.

  27. #27

    Par le à

    Comme le disais Véro : pourquoi tendre la perche en écrivant un billet là-dessus ?

    Il était tentant d'y répondre, d'autant que la critique n'est plus tolérée sur Sexactu. Plus il sera lisse et plus il sera "vendeur" -prière de rester dans les bornes du superficiel et du fun.

    Je ne polluerais pas plus ton blog -n'ai crainte- sinon pour poser cette dernière question en forme de droit de réponse : qu’apporte-t-elle à GQ, quelle est la valeur ajoutée de Sexactu ?
    Son humour ? Non.

    La valeur ajoutée de Sexactu, ce sont ses suiveurs en tant que cibles et consommateurs potentiels, GQ n’étant qu’un espace promotionnel.
    Le sexe étant un sujet trendy, l’affaire Sexactu peut-être particulièrement juteuse pour ses acquéreurs en termes de retours publicitaires.
    Mais, le problème -à mes yeux en tout cas- c’est que c'est nous (enfin plutôt "vous" désormais) qui faites parti de ce "pack" qui rend Sexactu bankable et intéressant pour GQ.

    Ce qu’elle a vendu, c’est plus que son âme au diable : ce sont les vôtres.
    Et ça... c'est impardonnable à mes yeux.

  28. #28

    Par le à

    @ Anaïs : jolie comparaison... :)

    @ Véro : ... je ne vois aucune perche dans ce billet qui dirait : « Allez-y, défoulez-vous ici ! »...

    @ Wakawajaka : perso, je ne me sens pas objet du deal, à moins que continuer à commenter là-bas fasse également de moi un vendu... pas comme ceux qui préfèrent se vendre et vendre leurs commentateurs à Google... ;)

  29. #29

    Par le à

    .@éric. Tu lances un sujet, on en parle... après pour ce qui est du défouloir, c'est une dérive fréquente quand le sujet est sensible. C'est pas nouveau...

    A propos de GQ je trouve qu'ils se sont montrés très arrogants dans cette opération et ça n'augure rien de bon à mon avis... Comme j'ai tenté de le dire (et désolée si ma formule ne t'a pas plue -cf: vendre son âme au diable-) Maïa y perdra beaucoup en termes de pouvoir d'action et de décision... mais peut-être que ça n'a pas d'importance !!!

  30. #30

    Par le à

    C'est un peu de la mauvaise foi de dire que les sujets sensibles donnent lieu à des dérives, on a quand même dépassé la fatalité :)
    Et il y a une différence entre discuter le post et en faire un cahier de doléances, surtout que personne ne va bouger de sa position.

    Sur ce, je m'en vais m'acheter un t-shirt Team Maïa, ça envoie carrément plus que T.Jacob et T.Edward ;)

  31. #31

    Par le à

    De la mauvaise foi ? Qu’est-ce que ça veut dire ? malhonnêteté de quelqu’un qui affirme des choses qu'il sait fausses. Ah bon ??? parce que certains sujets n’entraînent pas d’avantages de commentaires qui tiennent plus du défoulement que de la réflexion ? Ce n’est pas de la mauvaise foi, c’est une constatation : certains sujets, qu’on le veuille ou non, en touchant des cordes sensibles, libèrent des tensions, des passions, des désaccords… ce n’est souvent plus la raison qui s’exprime mais le cœur !

    OKAY, c’est pas bien… Je ne le nie pas. Nous devrions tous être capables de s’exprimer posément… Mais que veux-tu nous ne sommes pas des machines non plus… Visiblement éric s’attendait à d’avantage de soutien… Eh bien je suis navrée… pour ma part, c’est la déception et le regret que j’ai exprimés. Considérez ça vous voulez : un défouloir, un cahier de doléances…

  32. #32

    Par le à

    @Véro : je n'attends pas de soutien (pourquoi faire, je n'en ai pas besoin ?), je constate juste l'écart injustifié (à mon avis) entre la virulence des critiques et, d'une part, l'objet de ces critiques, d'autre part, le lieu de leur villégiature. :)

    Venir ici pour traiter Maïa de "vendue", me semble largement dépasser les limites du défouloir...

    Après que chacun s'estime triste ou déçu d'avoir perdu un terrain de jeu, OK mais il y a nettement plus important en ce moment pour clamer sa rancoeur et sa frustration (enfin, il me semble... sujet en tout cas du prochain article).

    Sexactu n'est plus ! Bienvenue sur GexaQtu ! Ou pas... :)

  33. #33

    Par le à

    Bon eh bien appelle ça plutôt un billet de soutien (le tien) envers Maïa... Il y a toujours une raison d'être, non ?!!

    Je ne quotionne pas Waka. Le terme "vendue" est choquant, il sait ce que j'en pense. Ca dépasse les limites du défouloir, je suis d'accord.

    Et tu as raison, il y a des sujets plus importants ; SexaQtu c'est sans moi.

    Sur ce, bonne continuation...

  34. #34

    Par le à

    Tu as raison de dire qu’il y a plus important que de clamer sa rancoeur et sa frustration pour cette histoire, tout comme il y avait plus important jadis que toutes les conneries qu'on racontait sur sexactu ! Il y a des sujets plus importants auxquels accorder son attention que les sextoys et des choses plus importantes à faire que de perdre son temps sur un sexblog ! Puisque le « terrain de jeu » que j’affectionnais n‘existe plus autant que je reprenne de bonnes habitudes. Merci d’avoir mis un peu de plomb dans ma cervelle… qu’est-ce que je ferais sans toi… querido !

  35. #35

    Par le à

    Et voilà, 8h du mat', je me réveillerais bien avec un café-clope devant sexactu, alors aujourd'hui, à la place, je viens sur le site d'Eric. lol. ^^

  36. #36

    Par le à

    Par contre les commentaires me chagrine. En dehors de la forme qui tue le fil de discussion qui prolonge l'article, le contenu a vraiment changé, avec le flux de GQ. Et beaucoup d'agressivité, comme avec la fille de Madmoizelle qui attaque Maïa sur son départ du site au lieu de réagir à l'article. Et toutes les accusations de "faux féminisme", on ne les voyait pas avant. Du coup, je me dis que l'esprit SexActu était l'espace de Maïa, avec son design, ses couleurs, les archives, les tags ET l'espace de commentaires convivial avec des apports intéressants, ce qui est vraiment exceptionnel sur un site.
    Et donc je reviens sur mon idée du passage du Salon de Maïa à la rame de métro avec tous les indésirables qui arrivent en chemin et marchent sur les pieds. Et tous les habitués qui se font bousculer.

  37. #37

    Par le à

    @ Anaïs : la métaphore du métro est tout à fait adaptée. :)
    Considérons juste qu'avec un peu d'entraînement, les habitués finiront par se retrouver dans la même rame et reconstitueront une partie (certes, seulement une partie) de ce qui était leur quotidien sur le Sexactu d'origine... ?

    Un peu comme ces franges d'immigrés qui, malgré le déracinement, arrivent à reconstituer une parcelle de leur culture sur un territoire a priori hostile...

    L'essentiel est dans le propos, pas dans le projo ! ;)

  38. #38

    Par le à

    Je viens de faire un tour sur SexActu, la mise en page s'est améliorée ^^

    Mais j'aimerais bien retrouver le rose du fairy, la wishlist de Maïa et TOUS ses livres. Les sites copains aussi!

    Mais j'imagine que la présence commerciale gratuite coincerait avec les pubs de GQ.

  39. #39

    Par le à

    @Anaïs. A propos de ceci : « Du coup, je me dis que l'esprit SexActu était l'espace de Maïa, avec son design, ses couleurs, les archives, les tags ET l'espace de commentaires convivial avec des apports intéressants, ce qui est vraiment exceptionnel sur un site. » C’est EXACTEMENT ce que je pense.

    Je disais ceci sur le blog de Waka :
    « Je me sentais bien sur sexactu, si cosi (avec tous ses dessins), si intime (sans la pub), si convivial, dynamique, si libre... à côté de ça GQ me fait l'effet d'une galerie marchande, froide et impersonnelle, très m'as-tu-vu... qui ne me donne strictement AUCUNE envie d'y aller. Le coeur n'y est plus... »

    Je me suis traitée d’égoïste, la belle affaire ! Par définition, la déception est toujours égoïste, c’est un sentiment qui se rapporte à soi, par rapport à ce qu’on veut, à ce qu’on espère ! Après chacun réagit différemment : Il y a ceux qui vont se détourner sans un mot, ceux qui vont remplir un cahier de doléances –bin… je trouve ça plus constructif, même si ce n’est pas drôle- ceux qui vont la suivre juste parce qu’ils se foutent de la forme –du moment qu’il peuvent continuer à s’exprimer-, ceux qui la suivraient jusqu’en enfer –selon tes propos éric- parce que c’est Maïa…

    Je trouve très bizarre cette remarque : « « Ne demande plus ce que Maïa peut faire pour toi mais ce que toi tu peux faire pour elle. » Je ne connais pas Maïa –ses billets ne me donnent d’elle qu’une image- je ne l’ai jamais vue, je ne lui ai jamais parlé, elle ne m’a jamais adressé la parole… Elle est pour moi aussi irréelle que Sophie Marceau ! Je n’ai jamais eu le sentiment d’être autre chose qu’un internaute lambda, un numéro, tout comme Gertrude devant son écran de télévision. J’aime -ou pas- les gens que je connais, pour leur personnalité. Ce que j’admire ou pas c’est le travail accompli, l’oeuvre réalisée. L’oeuvre de Maïa c’est Sexactu ! Pour l’instant ce qui s’effectue chez GQ n’en est qu’une copie épouvantable et chaque fois que je vais jeter un coup d’œil pour voir où ils en sont, j’ai une parcelle de mon coeur qui se retourne. Ce que j’admirais surtout sur Sexactu c’était la légèreté de ton (avec quelques coups de gueule salutaires de temps à autre ^_^)… et ça ne s’obtient pas uniquement avec des mots. C’est un tout : Le design, les couleurs, les archives, les tags ET l'espace de commentaires comme le dit Anaïs, je rajouterais les dessins, la façon qu’elle a de se représenter (cette image d’elle en tenue sexy c’est too much, exit l’humour décalé !) ça change le ton...

    Et donc, si on me demande ce que nous pourrions faire pour Maïa, pour elle, rien que pour elle, c’est de ne pas fermer les yeux en continuant comme si de rien n’était. Au contraire. Personnellement j’encouragerais au boycott (trop tard). A mon sens c’est la meilleure manière de montrer à GQ le poids qu’elle représente et se donner les moyens d'obtenir satisfaction à chaque fois que nécessaire. Là, on peut imaginer que les visites vont reprendre tout doucement, même si le ton change, que les internautes changent, et GQ, à partir du moment où ils ont un maximum de visites – l’équivalent de l’audimat- pour en mettre plein la vue à leurs annonceurs, les reste, pffffff… qui va s’en soucier !

    En tout cas, dans l’état actuel des choses je n’ai vraiment pas le cœur à suivre le mouvement… Je souhaite seulement à Maïa qu’elle n’ait pas à regretter ce changement de cap… pas comme Geneviève de Fontenay ! La vente de la partie commerciale et télévisuelle de leur entreprise à la société Endemol pour la somme de 10 millions € (plus un salaire, en tant que directrice adjointe de la société Miss France de 5 000 euros par mois -selon un contrat initialement signé jusqu'en 2017-) a dû lui laisser un goût très amer. Mais bon… avec 10 millions d’euros la moindre des choses c’est que la vieille ferme sa gueule !!!

  40. #40

    Par le à

    PS : l’agressivité envers Maïa ne date pas de GQ. Elle en a vu des roses et des pas mûres sur sexactu. Eric n’a pas assez de doigts pour compter le nombre de fois où il a pris sa défense. Même Wakajawaka. Je ne suis pas prête d’oublier la virulence avec laquelle il a pris sa défense parce qu’elle était traitée par Euterpe et sa clique de « dictateur ». Je me plains de prendre les choses trop à cœur, mais certains me battent à plat de couture ^_^

    PS 2 : @éric. En disant que j’ai des choses plus importantes à faire que de m’intéresser à des sextoys, je le pense. C’est évident. Mais la chute c’est de l’humour. Je te taquine en disant que tu mets du plomb dans ma cervelle et que je ne peux pas me passer de toi… mais je dois admettre que vu le contexte ce n’est pas flagrant (il manquait les accents circonflexe ^_^) ! Sorry si j’ai été blessante.

    PS 3 : Wouw, j'ai encore écrit un pavé... je n'en m'en rends même pas compte ! Toutes mes excuses.

  41. #41

    Par le à

    De toute évidence, et après avoir essayé à mon corps défendant, je reste vigoureusement allergique à GQ.
    (Et comment se pourrait il en être autrement, pour un lecteur de Causette)?

    J'avais cru il y a peu, que le vrai Sexactu était de retour, l'ayant vu réapparaitre sur la toile au hasard d'un lien.
    Mais las, de retomber illico sur la page de GQ.

    Entre temps, un IRL plus que surchargé dans tous le mauvais sens du terme, m'aura éloigné de la toile.
    En ce retour, je vois que des nuages grisâtres ont poussé un peu partout.

    Ne les laissons pas nous bouffer la joie de vivre.

  42. #43

    Hélas, Addblock ne permet pas de faire disparaitre les bandeaux, non plus que de transformer l'affichage des commentaires -tournée vers le survol consumériste- en affichage favorisant, l'échange et le dialogue, comme l'était celle de l'ancien Sexactu.

    J'ai déjà dit à quel point GQ était un concentré d'une grande partie des choses que je déteste dans la presse "branchouillo-commerciale" (comme Fluide.G), aussi je ne m'étendrais pas là dessus ! ^^

Fil RSS des commentaires de cet article


Écrire un commentaire…

Précaution anti-spam

… ou lire un article au hasard