Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13
, - 920 mots - 10 commentaires

L'arbre et le loup

Certains jours, le web propose des articles coïncidents.

Ainsi, pendant que des biologistes américains estiment que les loups permettent aux arbres de mieux pousser, les Éditions de La Musardine lancent un concours de nouvelles érotiques doté de 50 €.

Comment ça, quel rapport ? C'est parce que tu n'as pas encore lu l'article.
Tu attends quoi ?


Je me serais bien lancé dans ce concours : 50 euros dans un porte-monnaie de chômeur, ça ne passe pas inaperçu !
Mais le récit érotique ce n'est pas vraiment ma spécialité... Et qu'y a-t'il de plus chiant à lire qu'un récit érotique mal foutu ?
Autant, le polar, la SF, la fantasy, le roman traditionnel, voire un article de ce blog, peuvent se permettre de tanguer de la syntaxe ou de se relâcher du verbe, autant l'érotisme en deviendrait vite ridicule.

À moins d'apprécier l'enfilade de clichés et la vulgarité du vocabulaire généralement usité... Exemple :

« Les sommets européens se succèdent pour rassurer les marchés et les agences de notation pèsent lourdement sur la campagne présidentielle française ! » ne pût s'empêcher de grimacer Agénor alors qu'il s'apprêtait à sodomiser cette salope d'Aglaé, la fille cadette de Sidonie, la nouvelle épouse transgenre de son demi-frère jumeau.

De plus, les obligations liées au texte à fournir pour valider le concours sont assez contraignantes :

Écrivez une nouvelle d’environ 15 000 signes (espace compris) qui traite de relations sexuelles dont le média est Internet.
Attention! Seules [sic] les textes qui respecteront les consignes suivantes seront retenus.
- Une histoire complète (avec un début, un milieu, une fin).
- Une ou plusieurs scènes de sexe explicitement décrite(s).
- Un style qui évite les tournures ampoulées, précieuses, les effets trop travaillés.
- Une nouvelle écrite à la 1ère ou 3ème personne.

Oui, le « Attention! » et le « Seules les textes » sont d'origine... au moins, les candidats ne seront pas jugés sur leur orthographe !

Quand aux consignes...
15000 signes... ça fait, euh... beaucoup !
Une histoire complète, c'est un minimum... (non, j'ai pas mis la fin pour compenser le fait que j'ai pas mis le début non plus...)
Plusieurs scènes explicites... 15000 signes avec une seule scène explicite, à part un « Petit Traité De Pénétration À L'Usage Du Missionnaire Débutant », je vois pas...
Pas de tournures ampoulées (tu écris à la bougie ?) ou précieuses (tu n'écris pas avec un stylo Mont-Blanc !), pas d'effets trop travaillés... Trop travaillés ? Pour 50 euros ? T'as cru que j'avais voté Sarkozy ?
Pffff... le style Pages Jaunes, c'est bon ?
Histoire écrite à la 1ère personne, à la 2ème non mais à la 3ème oui... et les autres personnes ?
Encore une discrimination envers le douzième homme de la cinquième colonne du huitième jour !

Un brin rigide, non ?
D'autant que le règlement du concours ne dit pas en quelle monnaie de remplacement seront payés les lauréats en cas de disparition de l'euro...

Il y a une autre raison pour laquelle je ne participerai pas à ce concours : l'ensemble des nouvelles sélectionnées sera publié sur papier et je trouve ça extrêmement dommage.
L'éditeur possède une plateforme d'édition et de lecture en ligne et celle-ci aurait dû logiquement accueillir ces textes d'autant que c'est de là qu'a été lancé le concours...
Il serait étonnant que le volume de ventes justifie la tonne de papier utilisée pour la fabrication des recueils — et sans doute, pour l'essentiel, destiné au pilon — sans compter la pollution inhérente aux transports desdits recueils de l'imprimerie jusque chez l'éditeur puis de l'édteur jusque chez les libraires...

Il va bien falloir se rendre un compte à un moment donné que l'ère du livre-papier est révolue, hors livres d'images (photos, cartes, bandes dessinées, monographies, etc...).
Romans, nouvelles, pièces de théâtre ou recueils de poésies n'ont plus leur place sur les rayonnages.

Un brin d'incohérence dans tout cela me semble-t'il et le loup que je suis encore, parfois, ne saurait participer à l'abattage de pauvres arbres de ce côté-ci de l'Atlantique alors que sur l'autre rive, ses congénères aident au maintien de la biodiversité en favorisant la repousse desdits arbres !
Et je crois t'avoir déjà parlé de mon amour des arbres...


À ce propos, il était une fois, chez nos cousins du Grand Nord, un loup en train de favoriser la repousse des arbres en coursant avec appétit le jeune orignal sauvageon qui boulottait goulûment moulte racines.
Prévenant, il en ramenait toujours un morceau à la tanière, en cadeau pour sa louve qui ne manquait pas de le remercier jusqu'à ce que petite mort s'ensuive...
Il parait que c'est de là que viendrait l'habitude de prendre de l'élan avant de sauter...

Une variante prétend que la louve peut refuser le cadeau. Dans ce cas, elle se contente de mordiller jusqu'au sang la babine de son compagnon alors que celui-ci se goinfre de cette inespérée deuxième part non sans faire remarquer à sa douce : « Tu m'a coupé dans mon élan ! »

Bref...


Si jamais j'écris cette nouvelle, je la publierais ici, gratos.

En fait, la raison principale pour laquelle je ne participerai pas est la présence de Maïa Mazaurette dans le jury.
Si jamais ma nouvelle était sélectionnée et qu'un grincheux vindicatif apprenait notre relative "proximité" (1025,90 km exactement — une quasi distance de geek !), c'est encore Maïa qui s'en prendrait plein la tronche (cf cet article)...
Les cons sont partout, autant ne pas les provoquer.

Bon, la vraie raison, c'est surtout que je n'ai pas le moindre début de commencement de brouillon d'histoire à proposer...

Merde, 50 euros... j'aurais pu aller aux putes...
Pas à Paris, bien sûr... Chez l'Eugène, dans sa grange... le samedi, il loue ses filles...
Tu réserves par Internet, tu payes à la mère sur le marché du matin (selon la saison, elle te rajoutera une batavia ou des courges) et hop !
Par la D18, t'en as pour à peine 6 kilomètres jusqu'à la grange de L'Arbre-Aux-Loups...

Me manque juste 50 euros... Merde.


10 commentaires

  1. #1

    Par le à

    « Il va bien falloir se rendre un compte à un moment donné que l'ère du livre-papier est révolue… »

    Rhaaaa… ça m’arrache le cœur de lire ça. A jamais je ferais partie des irréductibles qui achèteront, aussi longtemps que les technologies n’auront pas phagocyté tout le reste, du livre papier… et rien qu’avec du texte !

    Moi aussi j’adore les arbres, ô combien. Pourtant, je préfère mille fois une gestion optimale des forêts et une bonne maîtrise de la sylviculture que de voire pousser des éoliennes, des barrages, sans oublier les incontournables centrales nucléaires pour répondre à la demande sans cesse croissante de nos besoins en énergie. Les technologies, non contentes d’êtres des gouffres à pognon, sont d’horribles énergivores… Quand j’entends parler de supprimer les centrales ça me donne juste envie d’hurler de rire ! Bon, tu le sais déjà, je suis pas spécialement copine avec les technologies que je vois comme des instruments à double tranchant… qui nous apportent simultanément liberté (virtuelle) et dépendance (réelle)… des chiens déguisés en loups !

    Si j’aime les livres papier c’est aussi parce que j’aime les arbres. Heureusement qu’on a encore besoin d’eux pour fabriquer des tas de choses (du papier, des meubles, des maisons…)… et pas seulement pour remplir nos poumons d’air, sans quoi, dans notre souci impérieux de production, je me demande ce qu’ils deviendraient !

    Autrement, en ce qui concerne les nouvelles érotiques, pffffff… Jadis quelqu’un m’a dit que je maniais très bien la tension érotique. Pourtant, il n’y a aucune chance que je me lance dans un tel projet… et il n’y a qu’une raison à cela : Je ne veux plus entendre parler de sexe ! ^_^

  2. #2

    Par le à

    Une partie de ton commentaire (4ème paragraphe) me rappelle cette phrase de Léo Ferré :
    « Si nous ne mangions pas les vaches, les moutons et le reste, nous ne connaitrions ni les vaches, ni les moutons, ni le reste ! »
    C'est vrai que nous sommes un brin utilitaristes... :)

    Le livre-papier (comme d'autres avant lui) n'est qu'une technologie de circonstances cèdera sa place à plus moderne, c'est la loi du genre.

    Mais tu peux dormir (et lire) tranquille, ça ne se fera pas tout de suite : encore trop d'intérêts économiques - et seulement économiques - en jeu... ;)

    Sinon, e suppose que si tu ne veux plus "entendre parler" de sexe, c'est parce que tu souhaites abandonner la théorie et pratiquer plus... ?
    Tu as raison, l'hiver, faut se réchauffer ! :D

  3. #3

    Pour ma part, je ne participerai pas parce que
    1) 50 Euros de "dotation", ce n'est vraiment (pais alors VRAIMENT) pas cher payé
    2) je suis totalement allergique aux mises en compétition

    A une époque où tout le monde (et surtout n'importe qui) s'improvise allègrement auteur/peintre/musicien/photographe/etc. (biffer les mentions inutiles), je trouve drôlement dommage de jeter de l'huile sur le feu via ce type de concours...

    (évidemment, ce n'est que ma modeste et très futile opinion d'artiste du dimanche :D)

  4. #5

    Par le à

    Mais paix dans ton âme et dans ton coeur ! ;)

    Et puis 50 €, même pas de quoi faire un aller-retour Paris-Botanique ou Paris-L'An-Vert... :D

  5. #6

    Par le à

    "Mais tu peux dormir (et lire) tranquille, ça ne se fera pas tout de suite : encore trop d'intérêts économiques - et seulement économiques - en jeu... "

    Tant mieux... pour une fois ^_^ Tu sais qu'avant de commencer à lire un bouquin je le sens et je caresse les pages... C'est un rituel qui a quelque chose d'un peu érotique ! Aucun risque avec un I-Pad. Beuuuuuuurk... Je voudrais me masturber avec que ça me laisserait de marbre !

    Mais bon... on n'échappe pas à "la loi du genre", hein ?! Le terme "évolution" est considéré positivement (progression, avancée...) Et donc, il faut y aller à FOND. Pour moi "évolution" est synonyme de "transformation", "changement"... et c'est toujours à double tranchant. Il n'y a qu'à voir les magnifiques avancées en génétique... et ce qu'on peut en faire. Notre société évoluerait vers "Le meilleur des mondes" dirions-nous que c'est positif ?

    Je sens que je vais m'inscrire à une formation proposée tous les ans par le Conseil Général aux entreprises : "Les résistances psychologiques au changement", je ne voudrais pas faire de la "sclérose en place" comme disent les québéquois !

    P'tain... si t'aimes pas le sport, il n'y a personne qui t'em***de !!!

    Autrement, tu vois juste, je ne souhaite pas "parler" de sexe mais simplement le vivre... et à ma manière !

  6. #7

    Par le à

    Petite question : Ils comptent donc fabriquer un reccueil de nouvelles érotiques et le vendre ? Si c'est ça, il y a vraiment, vraiment du foutage de gue*** !

    Personnellement je n'ai rien contre les concours, c'est une façon de se faire connaître... et je pense que celui qui "s'improvise" ne va pas bien loin de toute façon.

  7. #8

    Par le à

    Au fait éric, j'avais pas fait gaffe à ça :

    "c'est encore Maïa qui s'en prendrait plein la tronche (cf cet article)... Les cons sont partout, autant ne pas les provoquer."

    Que dire...

  8. #9

    Par le à

    J'ai hésité sur la formulation pour que personne ne le prenne personnellement...

    La première partie de la phrase est assez évidente : c'est toujours le plus exposé qui ramasse le plus de cailloux, c'est la contre-partie de la notoriété.
    La deuxième partie est valable dans toutes les situations.
    La réunion des deux n'est pas à réduire uniquement au mini-clash évoqué par le lien... :)

    Mauvaise formulation, donc.

  9. #10

    Par le à

    On peut dire que tu m’as épatée !

    Maïa s’en prend plein la tronche ? Inévitable quand on est constamment aux premières loges. Le monde est peuplé de cons ? Un truisme… et pour illustrer le tout : nos échanges sur ton blog ! Pas mal pour quelqu’un qui a hésité !!!

    Je n’avais pas regardé le lien, je suis passée par dessus en imaginant que tu faisais référence à l’avalanche de réprobations qu’il y a eu sur GQ au moment du transfert. Il y a sans aucun doute des tas de gens qui me prennent pour un con –je peux même citer des noms dans mon entourage et ailleurs- mais je ne pense pas que ce soit ton cas –ou alors il faut me le dire que je m’économise du temps et de l’énergie… et 1 euro ^_^ !-

    En fait, je suis agacée par ton attitude conciliante envers Maïa ; j’ai l’impression très nette que quoi qu’elle fasse tu lui trouveras toujours une bonne excuse et c’est quelque chose que je ne comprends pas. Personnellement je suis plus inflexible et plus la personne m’est chère, plus je suis critique avec elle (je sais, je ne suis pas un cadeau mais c’est comme ça !!!).

    Que tu aies utilisé comme exemple du comment Maïa s’en prend plein la tronche ce qui s’est exprimé sur ton blog me laisse perplexe. Mettons de côté le mot « vendue » qui sonne clairement comme une insulte -on ne peut le nier- OU elle s’en prend plein la tronche ? Parce qu’on dit ce qu’on pense de l’opération ? Qu’on exprime la déception ou l’incompréhension ? Faut se taire ?????? OK, en ce qui me concerne j’en ai rajouté deux tonnes, c’était pas la peine… mais tu me connais maintenant, je suis un chouia trop expansive…

    Ce week-end j’ai fait un lapin au coco pour mes beaux parents, pour leur montrer une autre façon de le cuisiner qu’avec les sempiternels lardons. Le beau-père a été enchanté, la belle mère m’a demandé la recette et mon mari m’a dit ENFIN une préparation de lapin que j’aime bien ! ça fait des années que tout le monde bouffe du lapin avec déplaisir (et le beau père est chasseur donc ça arrive souvent)… uniquement pour ne pas vexer la cuisinière. Je trouve ça tellement, tellement stupide ! Voila c’est un tout petit exemple que tu ne trouveras peut-être pas très pertinent, mais tu vois où je veux en venir.

    Si je ne suis pas d’accord avec quelqu’un je le dirais, toujours, et j’assume les conséquences... mais ce ne sont JAMAIS de vérités. Personne, à mon sens, ne dit jamais de « vérité », seulement des avis tout ce qu’il y a de plus subjectif –même si on y croit dur comme fer- à prendre éventuellement en considération. J’ai dit, personnellement, que Maïa faisait une erreur avec ce transfert, mais au vu de sa personnalité et de ses propres besoins rien n’est moins sûr : elle gagne sa vie en écrivant juste des articles et reste libre comme l’air pour vivre d’amour et d’eau fraîche !

    Là-dessus, querido amigo… je m’en retourne à mon boulot.

Fil RSS des commentaires de cet article


Écrire un commentaire…

Précaution anti-spam

… ou lire un article au hasard