Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13
, - 680 mots - 8 commentaires

UMPorn (50 nuances de brun)

Peut-être avez-vous bien rigolé grâce à la vague du « Mommy Porm » et de ses cinquante nuances de grisaille qui défoncent tout ?

Vous avez bien fait d'en profiter car celle qui s'annonce va réellement vous en faire baver : l'UMPorn !

(prononcé à l'américaine, c'est tout de suite plus fun : you-mi-porn)


En matière de BDSM politique – Bruns, Démagos, Sournois, Menteurs – la dernière trouvaille de Patrick Buisson vaut sa cravache d'or !

Rappelons rapidement qui est Patrick Buisson : journaliste, ancien rédacteur en chef du journal Minute, ex-conseiller de Nicolas Sarkozy, éminence grise et théoricien de la nouvelle extrême-droite (qui prône l'alliance de toutes les droites), propriétaire d'un institut de sondage mis en cause dans l'affaire des sondages de l'Élysée et directeur de la chaîne Histoire, filiale de TF1 dont le patron, Martin Bouygues, est considéré comme un "frère" par Nicolas Sarkozy.
Oui, le monde de la droiture et de l'innocence est vraiment tout petit...

La dernière trouvaille de Buisson, donc : avoir déposé à l'INPI (Institut National de la Protection Industrielle) la marque la cause du peuple.

Bien joué.
Pendant les années soixante et soixante-dix du siècle précédent, La cause du peuple, outre qu'elle est le thème central d'une chanson de Léo Ferré, était surtout connu pour être un symbole auquel l'extrême gauche française était très attachée.
Aveugle et fermement menottée au maoïsme le plus radical, la cause du peuple allait devenir Libération, journal aujourd'hui capitaliste dans sa structure, libéral dans son mode de pensée, soumis au joug implacable des publicitaires et présidé par un banquier (Rotschild), tout en continuant à se prétendre de gauche tandis que le vent de la révolte ne fouette plus guère que quelques réverbères éteints du côté du boulevard Saint-Michel et de la rue des Écoles...


Sarkozy n'est plus là mais la haine qu'il a insufflée dans chacune de ses interventions – la plupart revues et corrigées par Patrick Buisson – est le moteur du nouveau fascisme en cours d'avènement en Europe.

Aujourd'hui, la stratégie principale de cette nouvelle extrême-droite est de faire se rejoindre puis se fondre l'ensemble des composantes idéologiques de droite (du Front National à l'UMP, voire jusqu'à la droite du PS) dans une sorte de rassemblement obscène mais imposant, genre partouze vipérine censée régénérer les techniques de reptation et l'acuité des venins.

De l'effarante anecdote du pain au chocolat de Copé (perso, je ne mange plus que des pains aux raisins pendant le ramadan) à la subtilisation par Buisson de la marque la cause du peuple, en passant par les débats sur la place de l'islam, le mariage gay, la récidive, la dépénalisation de la consommation de cannabis, l'extrême-droite française avance en nombre et à visage découvert.
Implantée au sein même de la République, dans les deux Assemblées, chez les maires et les élus de toutes les structures territoriales, elle a désormais les moyens de ses ambitions et ses ambitions n'ont rien de rassurantes.

Au prétexte de la crise économique, sociale et environnementale en cours (nous n'en sommes d'ailleurs qu'au début – quelque chose comme l'apparition du premier bouton avant une déclaration de varicelle), ses ambitions regroupent en vrac :

  • un protectionnisme économique et industriel aussi inutile qu'inefficace à l'heure de la finance mondialisée ;
  • une politique sociale d'exclusion intégralement basée sur la religion ;
  • le rétablissement d'une autorité politique élitiste et anti-démocratique ;
  • une justice de riche, un enseignement orienté, une morale misogyne, une police décomplexée et suréquipée ;
  • etc, etc...

L'histoire récente abonde de ces exemples qui vont transformer une partie de ce monde en champ de batailles puis en ruines.

Les civilisations sont certes habituées à se reconstruire sur des ruines mais est-ce que pour une fois, rien qu'une fois, juste pour voir, on ne pourrait pas simplement avancer tous ensemble plutôt que par petites factions se piétinant simultanément ?


En attendant, il faudrait créer un Mommy Porn Award et le décerner à la plus belle enculerie en carton de l'année. Je propose que la première édition aille à Patrick Buisson, bien que je ne partage aucune des valeurs de cet homme.
D'ailleurs je crois bien que je ne partage plus aucune des valeurs d'aucun homme.

Comme disait le poète que je suis parfois au fond des bars :
« Ce qui m'intéresse, ce n'est pas la valeur chez un homme mais l'avaleuse chez sa femme ! »


8 commentaires

  1. #1

    Par le à

    Tu as tout faux... Nous ne sommes pas qu'au début de la crise économique, sociale et environnementale, nous en sommes à la fin, François Hollande l'a dit. Forcément, tout va s'arranger !

  2. #2

    Par le à

    Paraît-il que l’union fait la force ! C’est sur ce principe, il me semble, que l’UMP a été crée, afin de rassembler tous les courants de la droite, qui sont nombreuses. Si la droite est désignée comme « conservatrice » ce qualificatif est insuffisant pour représenter un ensemble de courants idéologiques et politiques aux positions parfois TRES différentes. On parle de radicalisme, de démocratie chrétienne, de libéralisme, de nationalisme… L’UMP était grosso-modo divisé en trois mouvements : la droite populaire, la droite sociale et la droite humaniste. Si, si. Certains se disent même d’une droite progressiste (cf : http://www.lesprogressistes.org/qui-nous-sommes/),

    Certaines personnes de mon entourage se proclament de droite d’avantage motivés par la politique économique et l’entreprise que pour des histoires de conservatisme, de sécurité ou d’identité ; la justice sociale leur tient à cœur tout autant que ceux qui se disent de gauche.

    Alors bien sûr rassembler tout ce monde, c’est un peu à double tranchant. Ce qui a provoqué la chute de Sarkozy ce n’est pas uniquement l’anti-sarkozisme –le rejet de l’homme et de sa politique- mais aussi et surtout sa stratégie « buissonienne » de dernière minute, qui radicalisait d’avantage encore son discours. Mauvaise pioche ! Il n’a pas seulement perdu l’électorat centriste –sans gagner l’électorat du FN- mais aussi -j’avais cette impression- le parti s’est pour ainsi dire fissuré.

    En tout cas voici ce qu’il en reste : http://www.rue89.com/rue89-presidentielle/2012/05/08/ump-les-cinq-familles-de-lapres-sarkozysme-231970

    Copé parle d’une droite « forte ». Aïe, aïe, aïe… mais qu’est-ce que c’est que ça encore ?! Où est-ce que tout cela va mener. Il est si facile de céder aux idées populistes ; on sent bien la peur et comment associé à la bêtise, elle se transforme en haine. Et ça pousse, et ça pousse… mais on le sait, la crise –la faim, la misère, la précarité…- nourrit le populisme depuis la nuit des temps !

    Voici deux liens qui, je pense, peuvent t’intéresser. L’un pose une réflexion entre conservatisme et progressisme :

    http://rhubarbe.net/blog/2012/04/10/conservateurs-vs-progressistes-plus-quune-affaire-dopinion/

    L’autre dénonce le populisme et réfléchit à la manière d’y faire face :

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/04/27/les-voies-progressistes-pour-repousser-le-lepenisme_1692138_3232.html

  3. #3

    Par le à

    A lire cet article : http://www.marianne.net/Patrick-Buisson-il-est-partout_a223482.html

    Patrick Buisson est le Raspoutine de l'UMP o_O

  4. #4

    Par le à

    Il me semblait que c'était de la bouche de Copé que j'avais entendu parle de "Droite forte" mais visiblement ce... "mouvement" aurait été crée par deux personnages... sans aucun poids politique -les nouvelles marionnettes de Buisson ?- Didier et Peltier :

    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/666906-la-droite-forte-de-guillaume-peltier-et-geoffroy-didier-une-ode-a-la-vacuite.html

  5. #5

    Par le à

    Chacun essaie de placer ses billes (et sa bille de clown) avant la grande redistribution des cartes.
    Classique...

  6. #6

    Par le à

    Comme tu dis... J'ai même lu un article qui prétend que Borlo avec son nouveau UDI ne cherche -probablement- qu'à contrecarrer Fillon, favoriser le retour de Sarkozy... pour éventuellement devenir 1er ministre en 2017 !

    C'est un trop plein de bière ou de whisky qui donne des idées pareilles ?!

  7. #7

    Par le à

    Premier ministre ou pire... :)

    En fait, Borloo joue sur deux tableaux.

    1. Il veut être une alternance crédible sans effrayer les électeurs et les barons du PS donc en se désolidarisant de la future droite Copé-Buisson-Le-Pen sans fermer non plus toutes les passerelles (le fameux "N'insultons pas l'avenir" qui permet tant de retournements de veste...) et être un Président "à la Chirac".

    2. Au cas où le PS reste solide, il espére jouer le rôle habituellement réserver aux centristes qui ont permis d'amener des insignifiants comme Raymond Barre ou Jean-Pierre Raffarin au poste de premier ministre.

    Il peut aussi tout perdre comme Bayrou.

  8. #8

    Par le à

    Selon cet article : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/668103-udi-comment-borloo-cherche-a-affaiblir-fillon-pour-faire-gagner-sarkozy-en-2017.html

    la présidence ne l'intéresse même pas. Que d'histoires... et nous là-dedans ???

Fil RSS des commentaires de cet article


Écrire un commentaire…

Précaution anti-spam

… ou lire un article au hasard