Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13
, - 318 mots - 5 commentaires

The shoe must go on !

Il y a des gestes quotidiens qui revêtent d'un coup une symbolique énorme.

Jamais plus je ne retirerais mes chaussures sans avoir une pensée pour le journaliste Montazer Al-ZAIDI !


Alors que G.W. Bush tenait à Bagdad une conférence de presse qu'il souhaitait cerise sur le gâteau de ses mandats, Montazer Al-Zaidi se leva et lui balança ses croquenots à la gueule !!

Le benêt, fort surpris, mais hélas ! non touché, n'eût que cette pitrerie pour tenter de sauver la face : « Tout ce que je peux vous dire, c'est que c'était du 43. »

43, ha, ha, ... pour le coup, 42 eût été vraiment drôle...

Combien de dizaines de milliers de morts parmi la population civile irakienne depuis 2001 ?
Combien de centaines de soldats américains ne rentreront pas ?
Sans compter les pertes inestimables pour le patrimoine de l'Humanité causées par des bombardements aussi intensifs qu'aveugles (cette région du monde était l'un des berceaux de la civilsation...).

À l'évidence, le bilan de ce grotesque pantin texan mériterait bien plus qu'un simple jet de chaussures.
Mais c'est là qu'est la force de ce geste. Si Montazer Al-Zaidi avait tiré au revolver, il eût été immédiatement catalogué comme fanatique et aussitôt abattu par les services de sécurité. Le surréalisme allégorique de la situation (le personnage le plus "puissant" du monde agressé par une paire de babouches !) achève de ridiculiser à jamais le président américain le plus incompétent de l'Histoire.

Ces chaussures (que tout musulman doit laisser à l'entrée de la mosquée), ont été rapidement élevées dans le monde arabe au rang de symbole de résistance et leur propriétaire à celui de héros d'un peuple martyr.
Bien sûr, là aussi, des fanatiques de tout poil (et de toute pointure) n'hésiteront pas à s'approprier ce geste et à tenter d'en instrumentaliser la communication. Cette vidéo est déjà l'une des plus regardées sur le web.
Les prochains jours devraient voir fleurir nombre de parodies et de détournements.

Voici ma contribution : une petite ré-évaluation du billet de un dollar.  :)

Détournement d'un billet de un dollar sur lequel la maxime in god we trust a été remplacé par in godillot we trust

5 commentaires

  1. #1

    Par le à

    Ca me fait penser à un autocollant, sur le pc d'un pote... ça dit "in tartiflette we trust". mais faut dire qu'on aime la tartiflette :)

  2. #2

    Par le à

    Là, tu vas faire plaisir à emilpoe !

  3. #3

    Par le à

    Salut,

    Ahhh la tartiflette :)

    Mais pour en revenir a l'Irak, quel gachi...
    Sadam, on (nous les occidentaux) l'a mis au pouvoir, on l'a armé, on lui a fait faire une guerre (et quelle guerre ! ) contre l'Iran... On l'a poussé a envahir le Koweit (ancienne province irakienne)... Et là changement de tactique, on le vire du Koweit (papa Bush) et puis on le met sous un embargo (et certains ce sont bien remplis les poches avec ca : Chirac, Pasqua, ...) puis pour finir on l'accuse de détenir des "armes de destruction massives"...

    L'Irak ne méritait ni Sadam ni Bush(s)....

  4. #4

    Par le à

    Enfin, bon... aucun pays, aucun peuple, ne mérite ce genre de choses...

  5. #5

    Par le à

    J'ai adore ce moment , hautement symbolique..

    Deja hommage au courage du lanceur de pompes et j'imagine toute sa rage et sa conviction.

    D'habitude un president, un roi, on l'assassine.. il merite au moins un faux attentat.

    Jusqu'au bout le benet aura ete ridicule, jusqu a avoir failli se manger une paire de pompes,en pleine tronche..

Fil RSS des commentaires de cet article


Écrire un commentaire…

Précaution anti-spam

… ou lire un article au hasard

(rafraîchir cette liste avec F5)