Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13
, - 305 mots - 3 commentaires

Jade, ou les plumes du temps

Certaines des histoires humaines qui alimentent le flux continu d'informations, flux caractéristique de notre civilisation de l'urgence, semblent comme en apesanteur. Non soumises aux dictats du « time is money », ce prédateur de mémoires, elles investissent la moindre molécule de votre cerveau, vous arrachant tantôt des larmes comme on arrache, en vol, les ailes d'un papillon, pour vous plonger ensuite dans une extase ambiguë qui tient à la fois du soulagement de n'être que le lecteur de cette histoire et de la jouissance d'en être le lecteur.


Bien sûr, ces histoires ne sont pas anthropomorphes et ne s'insinuent pas en vous avec leurs seules petites pattes, cherchant fébrilement un support comme une main d'alpiniste qui explore la roche en espérant une faille, un python... non, ces histoires se déplacent sur des plumes.
De grandes et belles plumes que de majestueux oiseaux offrent à leurs quête d'asile.

Je ne raconterais évidemment rien de cette histoire, je ne suis pas un grand oiseau.
Vous en trouverez le lien en bas de cet article.

Je veux juste, ici, vous parler du grand oiseau à la plume de jade, celui grâce auquel quiconque, après avoir pris connaissance de l'histoire de Jade, saura qu'il existe, quelque part, une humanité intacte que rien n'entamera.


Il n'est pas facile d'être juge et partie. Encore moins d'être juge et partie civile ! Il faut une distinction.

Maître Mô est avocat. C'est aussi un grand oiseau.

Maître Mô est en fait orpailleur clandestin.

Armé de son tamis (un modèle assez curieux, très épais, à couverture rouge...) et de ses plumes gigantesques, il fouille les fins ruisseaux où se terrent les âmes, il drague les fleuves rougis de honte et de mépris, il écume pierre après pierre les frustrations et les emportements, il guette le moindre éclat qu'il ramène doucement à la surface.

Puis, quand il a son content d'éclats, il fabrique des arcs-en-ciel.


Source : L'histoire de Jade


3 commentaires

  1. #1

    Par le à

    C'est très joli, cette façon de décrire Me Mô. Et à mon sens, ça lui convient tout à fait.

    Bon week-end !

  2. #2

    Par le à

    personnellement, mon problème avec maitre mô... ben c'est la longueur de ses posts :D

  3. #3

    Par le à

    Certains sujets sont difficilement traitables en trois lignes ou alors c'est qu'on bosse à la télé ! :)

    Et puis vouloir qu'un avocat fasse court... tu rêves !! :-D

Fil RSS des commentaires de cet article


Écrire un commentaire…

Précaution anti-spam

… ou lire un article au hasard

(rafraîchir cette liste avec F5)