Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13
, - 479 mots - Aucun commentaire

Ne Jamais... #003

Ne jamais...

... pénétrer par effraction dans les sombres locaux de l'étroite arrière-cour des laboratoires de l'Institut de Spermatologie Agricole au risque de mettre le pied gauche — le pied droit marche aussi si tu es unijambiste et qu'il ne te reste que celui-là à prendre — sur les dents ferrugineuses d'un râteau mal rangé, propulsant son gros manche, en bois torve d'oranger engrangé par des anges errants, dérangés et dégenrés, sur l'exacte ligne de partage des os de ton visage, désormais asymétrique, te brisant net l'intégralité des incisives supérieures, l'entière moitié droite de l'appendice nasal, de la base de la narine aux confins du sinus, ainsi que l'épaisse mais friable contrepartie basse du front, reproduisant assez fidèlement, sur icelle, la célèbre bataille de Verdun qui opposa pendant deux mi-temps de quarante-cinq minutes, sur la pelouse andalouse du stade municipal que Toulouse jalouse autant que Naplouse, les joueurs de l'Union Sportive Rimbaldienne de Charleville-Mézières (maillot rayé ivre, grenat écarlate et bateau clair) et ceux du Racing Footballing Sporting Club de Sedan-lès-Sedan (sans maillot, nus mais velus et dentus comme tous les sangliers de la région) — score final : 14 à 18 —, te faisant lourdement chuter de tout ton long arrière sur les énormes conteneurs non encore réfrigérés, rotondaux chars à bœufs placés par erreur sur la zone des chevaux déjà cryogénisés, renfermant les récentes productions, certifiées biologiques et récoltées main, issues de la traite matinale des Blancs, des Noirs, des Jaunes, des Rouges, des Bleus de Bresse, des Verts durs de la feuille, des Mauviettes en serviettes, des Rosalies salies, des Beiges flamingants, des Pourpres profonds, des Bruns de faux lits, des Dorés mifasol, des butineurs d'Argent, des yeux de l'âge du Bronze et des petits Gris-Gris, altérant ainsi l'intégrité physique des générations futures en libérant malencontreusement de leurs éprouvettes (qui ne s'avèrent donc pas aussi étanches qu'elles le devraient — à trop se croire imperméable, on peut parfois se prendre une veste) les gamettes trop gameuses des gamins du métro qui se ramonent le backgammon en chantant « gamma, gamma, hey ! », des millions d'embryons de scorpions à réaction, des morpions au fion tatoué de lions mignons comme des camions, des champions d'aviation — qui sont légion — dont le rayon d'action se limite à la sucion d'un souple Amphitryon, des moignons d'oignon sans réelle opinion, des fractions de crayons pour dessiner des pavillons dans la banlieue de Lyon, des tentatives tant hâtives de la tante à Yvonne, des espoirs, des espommes et des escoubidou-bidou-wah, des ratés, des tarés, des raturés, des retardés, des tarifés, des fatigués, des fêlés, des fériés, et tant d'autres ébauches qu'embauche un Jérôme Bosch, éparpillées sur les carreaux de faïence du sol aux teintes flammées de pêche-abricot bananée de mangue, s'agitant comme des soles fraîchement remontées par un serrurier à la longue portée, et bientôt emmenés par des ovnis ovales sous les ovations ovidiennes des ovins ovipares overdosés d'ovules.

Ne jamais faire ça.


Écrire un commentaire…

Précaution anti-spam

… ou lire un article au hasard