Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13
, - 215 mots - 4 commentaires

Notes pour moi-même...

Comme l'indique le titre de cet article (si, regarde, là, juste au-dessus), ces notes sont couchées ici parce que je n'ai rien d'autre de durable sous la main.

Tu n'es donc pas obligé de les lire.
Par contre, tu peux donner ton avis.


  • se débrouiller pour passer outre les intégrales, les différentielles et les matrices qui s'accaparent la moindre formulation ;
  • rester neutre dans le combat sans fin (ni début) qui oppose la primauté de l'œuf sur la poule, ou inversement, en décidant qu'il n'y a ni début ni fin ;
  • contourner avec humour les pièges de la « méthode sociologqiue »  ;
  • revisiter rapidement quelques fondamentaux de physique, de chimie, de biologie et d'histoire (et peut-être de français ?) ;
  • non, pas les maths, pitié ! pas les maths... ou alors juste les additions à deux chiffres ;  :)
  • expliciter puis nommer les deux formes d'exclusions sans recourir à de fausses évidences comme « positive » ou « négative » ;
  • être méthodique dans mes lectures et mes prises de notes (ha, ha, ha !) ;
  • envisager une longue période de migraine, de clignements d'yeux et de grattage de crâne ;
  • journaliser les avancées (ou les hebdoïser, voire les mensualiser) ;
  • assaisonner puis servir.

J'ai sûrement oublié un tas de choses mais bon, si je réussis déjà à n'en suivre ne serait-ce qu'une seule, on pourra parler d'avancée concrète.

En cadeau, la pensée du jour :

« C'est un petit plat pour l'homme mais un grand houblon pour l'humanité ! »

4 commentaires

  1. #1

    Quelles sont les deux formes d’exclusions ?
    (oui, je suis curieuse, mais peut-être vas-tu me dire que pour le savoir, il va falloir que je revienne sur ton blog, et je te répondrai que je n’ai pas besoin de ça pour y revenir :) )

  2. #2

    Par le à

    La curiosité est un joli défaut. :)

    Normalement, il aurait fallu attendre la publication du livre dont elles sont le sujet central mais ça risque de prendre du temps donc je t’en donne un rapide aperçu :

    - l’une est « éjective » : on la rencontre principalement dans le domaine social et dans les économies capitalistes qui ont inventé la notion de non-productivité et qui y ont associé le chômage, la misère, etc… c’est une exclusion « culturelle » ;

    - l’autre est « libératoire » au sens où les contraintes qui prévalaient avant le phénomène d’exclusion disparaissent et permettent aux éléments séparés d’être à nouveau disponible pour former d’autres corps, d’autres particules, etc… c’est une exclusion « naturelle ».

    Le propos est – à travers des questionnements mi-sérieux, mi-my-style (!) – de voir l’exclusion comme une cause plutôt que comme une conséquence…

    J’ai le titre, le sous-titre, le plan, me manque juste encore un peu de documentation et beaucoup de méthodologie. :)

  3. #3

    Par le à

    Hou la la… ça a l’air compliqué tout ça… o_O

  4. #4

    Par le à

    Mais non, Véro. C’est juste mal expliqué (pour l’instant). :)

Fil RSS des commentaires de cet article


Écrire un commentaire…

Précaution anti-spam

… ou lire un article au hasard