Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13
, - 534 mots - Aucun commentaire

Dans le port de l'Arsenal

Pas très loin du centre Morland dont je t'ai récemment causé, il y a un port de plaisance. Pas très grand, quelques dizaines de bateaux. Pas très beau non plus. OK, si tu es parisienne tu connais déjà tout ça mais figure-toi que je suis (ou plutôt, le blog est) attentivement scruté par nos amis chinois. Je n'en connais pas la raison. Et l'outil statistique de l'hébergeur peut très bien se tromper. Mais c'est lui qui m'indique toutes ces connexions (les 9/10e de l'ensemble !) en provenance du plus millénaire des pays cinq fois millénaires.

C'est donc aussi à l'attention de toutes les jolies chinoises à l'autre bout de la terre que je te fais une nouvelle visite guidée de ce coin de Paris, entre la place de la Bastille, la gare de Lyon et la Seine. Toujours la Seine. En même temps il n'est pas dit que mes lectrices sinozoïdes lisent ce blog pour mieux connaître Paris.
D'après ce même outil statistique, les trois articles les plus cliqués sont (et de loin, et j'écris cliqués car je ne suis pas du tout certain qu'ils sont lus) :

  1. Le vote : un droit, une liberté
  2. La journée de l'infâme
  3. Le lapin et le territoire

À ton avis ?
Soit quelque'un cherche à apprendre le français et il n'est pas prêt de savoir dire bonjour. Soit je vais bientôt être kidnappé par le pire Han de l'Empire du Milieu qui tentera de m'extirper du vain milieu sous l'amer (et qui échouera, évidemment).


Bref, le port de l'Arsenal.

Dans le port de l'Arsenal, il n'y a pas de marins qui boivent parce qu'il n'y a pas de marins. Il y a des touristes tout tristes qui y boivent assez peu eu égard au prix des bières en terrasse et des jeunes qui y boivent énormément de bières bon marché et de vinasses premier prix.
Dans le port de l'Arsenal, il y a des bateaux comme des poubelles flottantes qui transpirent la marée qui les hante et qu'ils ne verront jamais, amarrés à vie dans leur prison d'eau douce.
Dans le port de l'Arsenal, il n'y a pas de putains sur lesquelles uriner en vomissant ses frites.
Dans le port de l'Arsenal, il n'y a pas de rêves de départ vers les lointains horizons que la brume dissimule, les grilles ferment à 19h30.
Dans le port de l'Arsenal, il y a parfois un photographe qui aimerait capter les reflets d'hydrocarbures qui dansent entre les coques endormies, se rêvant marées noires le long des golfes clairs.
Dans le port de l'Arsenal, il y a des pigeons qui regardent les mouettes observer les pigeons qui regardent les mouettes.
Dans le port de l'Arsenal, il y a des trucs et des machins qui flottent et qui ressemblent à la conscience du monde.
Dans le port de l'Arsenal, il y a de l'eau qui ne s'est pas lavé depuis l'invention du lavoir et qui croit que sa couleur de lave permet de ne pas la voir.
Dans le port de l'Arsenal, il y a les rats des rues de Paris qui sourient aux hamsters du macadam quand Paris se prend pour Amsterdam.


Quelques photos ne valent pas forcément mieux qu'un long discours mais je n'ai pas envie de faire un long discours.

(Cliquer pour agrandir.)


Écrire un commentaire…

Précaution anti-spam

… ou lire un article au hasard