Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13
, - 434 mots - 2 commentaires

Haut comme trois pommes

Une chose étrange et amusante pour changer.

Certaines fin d'après-midi, j'ai un petit creux. Pour y remédier je me dirige vers le distributeur de chaussons aux pommes. C'est un distributeur magique. D'abord le chausson ne coûte qu'un euro et il est tout à fait consommable. J'en commande toujours deux (ce qui me débarrasse de la pièce de deux euros qui est une pièce vachement lourde qui me ralentit quand je marche). Et c'est là qu'intervient la magie. Quand j'ouvre le petit sac en papier dans lequel la vendeuse les a glissés, il y en trois ! Systématiquement.

Du coup je m'interroge presqu'autant que je me pose de questions. Je n'ai jamais vu le moindre pannonceau vanter une éventuelle promotion qui expliquerait ce surplus. J'écarte également l'idée que la vendeuse voudrait goûter à mon éclair à la vanille. Je n'ai pas pris le temps de l'observer pendant qu'elle servait d'autres clients. D'abord parce que quand j'arrive il n'y a jamais personne devant moi (ce fait là est également étrange) et j'ai peur, si jamais je m'attardais pour observer les clients d'après, de rompre la magie. De même si je m'amusais à changer et à commander des croissants ou des pains aux raisins. Ce qui serait foutrement dommage, tu en conviendras.

Du coup, j'échafaude des hypothèses.

  1. Elle ne sait pas compter. Mais si c'était le cas, elle ne m'en servirait pas systématiquement trois. Ce serait parfois un parfois trois et même parfois deux. De plus elle encaisse parfaitement mes deux euros (même si elle se sert d'une machine pour additionner un plus un).

  2. Elle veut me faire plaisir pour une raison que j'ignore. Peut-être que dans une autre vie je l'ai sauvée de la noyade. Peut-être a-t-elle un quota de surplus à dispatcher absolument

  3. Son français est approximatif et son seul moyen mnémotechnique de retenir « chausson aux pommes » est « haut comme trois pommes »… Oui ben je cherche. Si tu as une meilleure idée, n'hésite pas.

  4. Elle est un robot humanoïde en phase de test et ses programmeurs se sont plantés. En effet, en programmation, très souvent les décomptes se font à partir de zéro. Aussi quand je lui demande deux chaussons aux pommes, elle compte : zéro, un, deux. Ce qui fait trois !

Cette dernière explication me semble la plus plausible. Ce qui expliquerait que je n'ai jamais entendu le son de sa voix. Cette fonction sera sûrement implémentée plus tard. En tous cas les designers ont fait du beau travail. On jurerait une vraie.

J'ignore jusqu'à quand durera la phase de test. Mais ce qui serait cool, c'est que ce bug ne soit jamais corrigé ! J'espère que les programmeurs en question ne lisent pas ce blog…


2 commentaires

  1. #1

    Par le à

    Moi je pencherai plus pour l'explication n°3, très poétique !

  2. #2

    Par le à

    Pas faux, Lou. :)
    D'autant qu'on a bien besoin d'un peu de poésie ces jours-ci.

Fil RSS des commentaires de cet article


Écrire un commentaire…

Précaution anti-spam

… ou lire un article au hasard