Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13
, - 450 mots - Aucun commentaire

4 septembre

It was the third of september… Bon, OK, dans cette énormissime chanson il s'agit du trois septembre mais compte tenu du décalage horaire, on peut supposer que si ce n'est que le trois à New-York, c'est déjà le quatre à Paris. S'il-te-plaît, ne m'embête pas avec tes considérations arithmétiques auxquelles de toute façon je n'ai jamais rien compris et note ce qui suit.

Le quatre septembre deux mille quinze est la nouvelle date officiellement retenue pour les sorties inter-départementales voire inter-mondiales d'au moins deux de mes ouvrages en cours. Peut-être trois. Sorties numériques évidemment, on ne va pas abattre un arbre pour si peu. Reste un peu de travail cependant et à peine plus de soixante-six jours, en comptant un aujourd'hui déjà bien entamé, pour :

  • finir la rédaction du premier ;
  • finir la structure et la rédaction du deuxième ;
  • commencé à écrire le troisième ;
  • mettre en place une plateforme de téléchargement.

Je te dirais bien que du coup ce blog va devoir se mettre un peu au repos mais la dernière fois que je t'ai dit quelque chose d'approchant, ledit blog en a profité pour se remplir allègrement tous les deux ou trois jours sur les trois derniers mois ! Si on ne peut même plus compter sur son propre blog pour rythmer consciencieusement son travail…

Sinon, pourquoi le quatre septembre plutôt que le trois plus deux ou le racine carrée de vingt-cinq, te demanderas peut-être tu ? Non, la phrase précédente n'est pas incorrecte, elle est juste différente. Respecte-la, veux-tu ? Merci. Septembre parce que c'est la rentrée scolaire et qu'ainsi tu auras un prétexte pour que tes enfants se dépêchent d'aller apprendre à lire. Le quatre parce que c'est un vendredi et que ça ne correspond à aucun anniversaire particulier en dehors de :

  • la naissance de Chateaubriand et d'Antonin Artaud, le poète romantique et le fou irradieux ;
  • la date de fondation de la ville de Los Angeles où je n'irais jamais puisque Jim Morrison est mort à Paris ;
  • la date de proclamation de la troisième république française après le désastre militaire et social de 1870 ;
  • l'élection de Salvador Allende à la présidence du Chili qui a tenté de modifier l'influence du capitalisme imbécile dont nous sommes les proies avant que les américains du nord en décident autrement et fassent assassiner le nouvel élu pour rétablir un fascisme militaire plus apte à comprendre les vissicitudes du commerce international.

Alors tu prends ton agenda, et bien que n'as pas le choix dans la date, tu tournes de ton doigt humide les pages d'icelui jusqu'à celle du quatre septembre et tu notes à l'encre indélébile ou sympathique :
Aller sur le site du Cynozophrène Mural et acheter (gratuitement pour toi si tu me le demandes gentiment) tout ce qui y sera vendu.
Merci. Et bonnes vacances si tu en prends.  :)


Écrire un commentaire…

Précaution anti-spam

… ou lire un article au hasard