Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13
, - 255 mots - 1 commentaire

Narrathon novembre 2016 : jour 1

Petite journée. Mais tu connais la suite ?
Rien ne sert de courir il faut écrire à point !


Nombre de mots

807.

Quantitativement, et par rapport à une moyenne possible de 1666 mots par heure (si tu écris vraiment 24 heurs d'affilée), c'est quand même un bon début. Bon, ok, c'est juste un début.


Résumé 

Mise en place du « pitch » qui pourra éventuellement servir de quatrième de couverture :

C'est l'histoire d'un type ordinaire plongé malgré lui dans une situation totalement extraordinaire. Ce type ordinaire — comme il le fait tous les matins du lundi au vendredi — sort de chez lui, prend son vélo et s'apprête à faire les quelques kilomètres qui le sépare de son bureau en insultant diversement les bus, les camions, les taxis, les pigeons, les piétons et les autres vélocipédistes. Sauf que ce jour-là il n'arrivera pas au bout. La pluie. Des feuilles mortes sur le pavé. Un écart pour éviter un piéton ou un chien. La chute. Qui n'est que le début de l'histoire.

Mais est-ce vraiment une histoire ?


La phrase

Ce monde est un monstre qui chie plus qu'il ne mange ! Ça ne pourra pas durer bien longtemps.


Le débrief'

Pas grand chose à dire sur cette première journée. Juste l'impression qu'il ne va pas être facile de me débarrasser de mes vieilles habitudes d'écriture.

Je ne laisse pas la machine s'emballer. Je veux avoir l'impression de contrôler ce que j'écris. Même si je sais parfaitement depuis le temps que ce n'est pas vraiment le cas. Je crois que l'outil numéro un d'un écrivain c'est son ego, pas son stylo !

Allez ! Plus que 29 jours.


1 commentaire

  1. #1

    Par le à

    Oups ! Une manœuvre ratée et vos commentaires ont disparu... :(
    Sorry

Fil RSS des commentaires de cet article


Écrire un commentaire…

Précaution anti-spam

… ou lire un article au hasard

(rafraîchir cette liste avec F5)