Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13
, - 240 mots - Aucun commentaire

Narrathon novembre 2016 : jour 4

Une journée intermédiaire en forme de repos par le biais d'un retour (provisoire) à mes habitudes d'écriture, mes tics langagiers, mes manies syntaxiques et mon agacement de voir s'empiler des phrases à peine construites comme on lancerait des gamins non dégrossis dans les fourbes tranchées des animosités adultes.


Nombre de mots

0.

Pas tout à fait 0, évidemment. Voir explications dans le débrief'.


Résumé 


La phrase


Le débrief'

Une journée particulière aujourd'hui puisque j'ai décidé de commencer à mettre au propre les brouillons des trois premiers jours. Et ça fait beaucoup de bien. Parce qu'il y en avait besoin. L'écriture quantitative, si elle permet d'avancer au pas de course, est obligée de se délester en route de tout ce qui a trait à l'élégance, à l'orthographe voire à la cohérence. Je ne sais pas si je garderais ce rythme tout le mois (trois jours quantité, un jour qualité) mais a priori ça semble être un bon plan.

Évidemment, puisqu'il y a réécriture il y a des mots qui s'invitent et d'autres qui quittent le navire. Les décomptes indiqués dans les précédents posts ne concernent donc que les textes non réécrits. Une fois revitalisés, il n'y a plus de raison de les considérer sous l'angle d'une stricte comptabilité.

J'en ai également profiter pour préparer (techniquement) le terrain aux fichiers définitifs : du LaTeX bien propret pour de beaux pdf et du HTML de compétition pour du epub de haute-volée.

0 mots, donc. Quant aux maux de tête…  :)

Allez ! Plus que 26 jours.


Écrire un commentaire…

Précaution anti-spam

… ou lire un article au hasard