Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13
, - 194 mots - Aucun commentaire

Narrathon novembre 2016 : jour 2

Un deuxième jour moins passionnant après l'euphorie du départ d'hier. J'ai l'impression que je suis déjà dans le dur. Ou alors c'est juste que je tiens à ce que les parisiens gardent leur réputation de râleurs systématiques.  :)


Nombre de mots

548.

Dont je suis assez peu satisfait. Ça manque de liant et de souplesse. C'est mou. Va falloir se doper, mon p'tit gars !


Résumé 

Notre héros — bien qu'il s'agisse en fait d'un sale con (ah merde, j'ai laissé échappé un indice !) — entame sa drôle d'aventure avec sa bonne humeur légendaire. On dirait moi !


La phrase

Les chiens méritent cette compassion : eux seuls sont capables de répondre à un sourire par un amour éternel.


Le débrief'

Pas grand chose à dire. Je n'ai pas le rythme, c'est clair mais c'est normal : on ne s'abstrait pas en deux jours de quarante années d'habitudes. Il va falloir que j'apprenne à ne pas me relire à chaque lettre, à chaque virgule ; à ne plus rester béat d'admiration devant une jolie voyelle coiffée d'un tout aussi joli accent circonflexe ; à ne pas tourner mes phrases 777 fois dans ma gangue avant d'en coucher une sur l'écran que je finirai de toute façon par corriger…

Allez ! Plus que 28 jours.


Écrire un commentaire…

Précaution anti-spam

… ou lire un article au hasard