Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13
, - 258 mots - Aucun commentaire

Narrathon novembre 2016 : jour 3

Je commence à me faire à cette idée d'écriture intensive, au moins dans la méthode. Toujours pas convaincu, par contre, par le résultat produit. Logique : cette façon de faire ne laisse pas le recul du temps faire son œuvre de remodelage soyeux. Du coup, on est sur du texte un peu brut voire brutal. Il va falloir trouver du temps pour affiner tout ça. Et une contrainte supplémentaire, une !


Nombre de mots

1616

Si j'avais su que j'en ferais autant je me serais fixé une limite à 1515.  :)
Ça peut être une forme de challenge : trouver les nombres remarquables proches du décompte de base (qui est, je te le rappelle, 1666).


Résumé 

Notre héros commence à se poser des questions de façon un peu désordonnée et à puiser dans ses souvenirs pour tenter de trouver ne serait-ce qu'une explication à sa situation. Étant donné que même moi je l'ignore encore, je lui souhaite d'avoir un gros stock de points d'interrogation !


La phrase

C’est bien de lire une histoire et de s’y évader. Mais c’est mieux d'écrire sa propre histoire. Tu n’auras ainsi pas à t’évader puisque tu seras déjà libre.


Le débrief'

Journée productive si on considère qu'en plus d'un nombre de mots élevé j'ai eu le temps de mettre en place un environnement LaTeX pour la mise au propre de ce qui est encore bien bancal. Je n'ai toujours pas de plan. Je n'en fais déjà pas quand j'ai le temps, je vais donc continuer de m'en passer et de naviguer à vue en essayant d'être plus malin que le Titanic !

Allez ! Plus que 27 jours.


Écrire un commentaire…

Précaution anti-spam

… ou lire un article au hasard