Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13
, - 75 mots - Aucun commentaire

Narrathon novembre 2016 : jour 7

Le septième mot du septième jour. Soyons réaliste : la cadence ne sera pas tenue. Quelque part, tu t'en doutes, ça me réjouit quand même. Car peu importe qui tente de m'imposer des contraintes (y compris moi) : je suis toujours capable de m'en abstraire pour m'en aller gambader dans les folles prairies de l'imaginaire illimité.


Nombre de mots

1081.


Résumé 

Notre héros s'essaye à la philosophie cosmique. Ce n'est pas bon signe pour sa santé mentale…


La phrase

Le plus bel exemple étant l'univers lui-même qui se répartit entre l'infiniment grand et l'infiniment petit avec un nombre de tailles intermédiaires absolument incalculable. D'où le fait que la taille ne compte pas.


Le débrief'

À défaut de tenir la cadence, j'ai trouvé une technique qui me convient bien : un mélange d'écriture spontanée du jour, une réécriture de ce qui fût spontanément écrit la veille et l'ébauche de ce qui sera un peu moins spontanément écrit demain. Une sorte de vrai-faux rythme façon tango corse de Belleville : deux pas en avant, un pas en arrière, on pivote et on cambre ! Bueno.  :)

Allez ! Plus que 23 jours.


Écrire un commentaire…

Précaution anti-spam

… ou lire un article au hasard

(rafraîchir cette liste avec F5)