Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13
, - 408 mots - 2 commentaires

Aparté (the Donary Clintrump show)

« We the people… » ont décidé d'aller au bout du bout mais avaient-ils vraiment le choix ? Je vais te répéter peu ou prou ce que je disais déjà après l'élection de Barack Obama, il y a huit ans. Ce blog avait d'ailleurs démarré avec ce billet… Bon anniversaire !


Je ne vais pas m'épancher sur une pseudo-analyse des premiers résultats de l'élection américaine : ce serait aussi prématuré que stupide.

L'élection de cette nuit — et quelques pourront être les résultats définitifs — a juste confirmé ce que je te raconte tout au long de ce blog depuis maintenant huit ans : il va falloir se regarder une dernière fois dans le miroir de nos illusions, le briser définitivement et se faire les remarques suivantes.

  • la fonction politique dans son ensemble (gouvernance, procédure, légitimation, contrôle) est un échec absolu ;
  • le suffrage universel est arrivé au bout de ses possibilités ;
  • la démocratie également (mais c'est moins grave, elle a toujours été un leurre) ;
  • l'incompétence et la duperie des médias (journaux, télés, radios, magazines) devraient systématiquement accompagner ta consulation d'icelles ;
  • voter encore aujourd'hui (ou dans six mois) participe à l'évidence à cette duperie ;
  • aucun argument n'est plus recevable : ce sont les mêmes depuis cent ans ;
  • aucune solution de rechange n'est aujourd'hui utilisable ;
  • y en a-t-il seulement une ?
  • veux-tu seulement qu'il y en ait une ?
  • si tu réponds « oui », c'est que nous n'avons pas la même compréhension du sujet.

La tendance est à la monstruosité. À la surenchère. Les symptômes habituels de la déresponsabilisation des élites (le corps électoral des nations riches est une élite). Tu vas certainement passer ton temps à faire des commentaires qui te sembleront peut-être pertinents. Tu vas citer des chiffres (non vérifiés par toi car invérifiables). Tu vas citer des noms, des époques, des phrases. Tu vas encore te réfugier dans un passé largement faussé et argumenter sur un avenir encore plus mal pensé. Tu vas encore te tromper. Tu ne peux que te tromper.

OK c'est facile, j'ai le beau rôle. Celui du « je t'avais prévenu ! ». Je n'en abuserais même pas (je l'aurais fait il y a quelques années et ça n'aurait fait que participer au délitement général). Je n'en ai plus rien à foutre. Je ne suis plus concerné.

J'ai épuisé mes réserves d'empathie et je n'ai plus de sparadraps en stock. Et puis j'ai autre chose à faire. Ça n'améliorera rien mais ça ne détruira rien non plus. Même pas ce fameux miroir.

Amuse-toi bien !


2 commentaires

  1. #1

    Par le à

    Tu me casses le moral... mais bon, il était déjà pas mal cassé !

  2. #2

    Par le à

    La vraie question est : tu as donc encore le moral ? Prends-en soin ! ;)

Fil RSS des commentaires de cet article


Écrire un commentaire…

Précaution anti-spam

… ou lire un article au hasard