Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13
, - 623 mots - 5 commentaires

Abstention : attention, tension !

En réponse non courtoise (mais la courtoisie n'est souvent qu'une hypocrisie) à un texte maladroit qui tente d'appâter les abstentionnistes en les caricaturant. Les politiciens (élus, militants ou sympathisants) ont tous ce réflexe pavlovien de considérer quiconque ne s'intéresse pas à leurs programmes comme reponsable de tout et de son contraire. Est-il encore besoin de citer ce bon La Fontaine et ses animaux malades de la peste ? Apparemment, oui.
C'est pas de ma faute à moi, c'est l'autre là, le rénégat, le paria, ce chien galeux d'abstentionniste !


Un texte « politique » ne peut pas implicitement et d'emblée dire à son lecteur :
Tu es un connard égoïste et inculte, je vais te rééduquer.

À l'exception, bien évidemment, de mes propres textes politiques que tu peux lire ou relire sur ce site. Mais c'est parce que je suis moi-même un connard égoïste et inculte.

D'une manière générale, la politique n'est pas une affaire de rhétorique, de chiffres, de démonstration plus ou moins bien ficelées : c'est une affaire d'affect. Et exclusivement d'affect. Les politiciens populistes (pléonasme) l'ont parfaitement compris et c'est la raison de leur succès. Succès qui ne date pas d'aujourd'hui puisque déjà à Rome — celle des Auguste et des César — le Sénat a commencé à se décrédibiliser lorsqu'il est devenu le lieu privilégié des batailles de tribuns, orateurs talentueux mais en pratique, totalement incompétents.

La politique c'est du théâtre. La seule façon de changer le monde à un niveau individuel c'est de mettre en pratique quotidiennement sa vision. Sans regarder ce qui se fait ou ne se fait pas. Le choix est parfois limité, les contraintes sont parfois énormes, mais des opportunités existent.

Le monde ne change pas parce que tel ou tel est élu. La figure du "Grand Homme", du "Sauveur", de "l'Homme Providentiel", (homme ou groupe d'hommes) est une construction sociale et religieuse (la religion est une source d'affect extrêmement importante et vivace).

Les partis (du plus grand au plus archaïque, du plus petit au plus novateur) ne sont pas des solutions : ce sont justement les problèmes ! Quiconque (personne ou groupe de personnes) dit : Voici une solution ! est un menteur (les idéalistes et les manipulateurs le sont différemment mais les deux mentent).

L'abstention (qui est, par définition, un affect non exprimé) est difficilement synthétisable. Sans aller jusqu'à considérer qu'il y a autant de raisons de s'abstenir que de gens qui s'abstiennent, englober des millions d'abstentionnistes dans quelques boîtes étiquetées "poubelles" ou " sacs à merde" ne les fera pas vraiment changer d'avis. Au contraire.

Avoir des idées, soit. Les défendre, parfait. Rendre autrui responsable de leur inefficience, ce n'est ni correct ni alternatif.

Les abstentionnistes ne sont pas des citoyens au rabais de même que les électeurs ne peuvent pas être considérés (de la part de quelques abstentionnistes) comme des moutons manipulés. Tout ce qui touche à l'humain est complexe et porte sa part d'irrationnel, de contradiction, de peur, d'ignorance, d'incapacité. Toutes choses qu'on ne peut pas juste mettre dans la case "salaud" ou "crétin".

Et comme je ne suis pas qu'un connard égoïste et inculte mais que je cultive également un côté malfaisant et prétentieux, voici quelques conseils sans aucun intérêt :

  • toujours avoir une vison globale des choses avant de les considérer dans leurs particularismes ;
  • les exemples issus des livres d'histoire n'ont aucune pertinence ; insérer ici la citation d'Héraclite : On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve.
  • en matière sociale, la complexité est la norme, la contradiction est la méthode, l'incertitude est le résultat ;
  • le deuxième tour de l'élection présidentielle française a de grandes chances (ou de gros risques) de voir s'affronter Marine et Nicolas…

Et ce ne sera ni la faute des électeurs ni celle des abstentionnistes : c'est l'air du temps (le temps global) qui est à la contraction plutôt qu'à l'ouverture.


5 commentaires

  1. #1

    Par le à

    La politique est une affaire d'affect... comme c'est exact !

    Marine et Nicolas... quel cauchemar ! Non, tout mais pas ça.

    Il faut admettre qu'avec ce qui se passe en ce moment, on a vraiment le sentiment que tout et n'importe quoi peut arriver.

    Perso, je suis anti parti (j'en ai déjà parlé). Je pioche un peu à droite, un peu au centre, un peu à gauche... Ah, si on pouvait voter pour des idées d'un côté et le capitaine de l'autre. Mais bon, ça ne tient pas la route. Les hommes politiques sont censés agir dans l'intérêt général (je dis bien censés !), tandis que chacun d'entre nous vote que dans son intérêt propre. Tous ces miniers américains au chômage n'ont-ils pas voté Trump parce qu'il est favorable a l'exploitation du charbon ?! Bref, c'est sans issue...

    J'ai beaucoup de mal a en vouloir aux politiciens (en dehors des escrocs qui sont justes là pour s'en mettre plein les poches ; ils ne sont pas tous comme ça, hein...). Non, même si absolument aucun n'est clean, il y a quand même ce qu'on peut appeler "des bonnes intentions", les idéologistes souvent.

    En ce qui me concerne je pourrais en vouloir aux électeurs, ceux qui votent aveuglément quand on leur promet monts et merveilles, la lune ou le jackpot, pour ensuite crier au traitre et à l'incapable lorsque le dit élu ne respecte pas ses promesses. Les politiciens disent au peuple ce qu'ils veulent entendre pour se faire élire. Celui qui aurait (je dis bien aurait !) la moindre velléité d'honnêteté n'a aucune chance ! Ou disons que celle-ci est très mince... Donc, oui, je pourrais leur en vouloir, sauf que ce n'est pas possible. Comment en vouloir à la mère célibataire de vouloir s'en sortir, au jeune diplômé de vouloir trouver du travail, au petit retraité d'avoir une vie décente... Les gens ont peur et c'est ça qui les guide.

    Je suis convaincue que c'est la peur qui guide la plus part d'entre nous ! Même les plus grands hommes... la peur n'est jamais loin, elle prend de nombreuses formes, comme par exemple la peur de l'oubli, de l'anonymat, de l'insignifiance, etc.

    Mais pourquoi pas l'abstention... sauf que ce n'est pas spécialement une solution. L'histoire à connu son lot de monstres, si on avait plu les balayer à coups de scrutins raisonnés, mon dieu, le rêve... !!!

    Bon, c'est un peu simpliste tout ça, je sais !

    PS : Personnellement je ne suis pas contre une finale Fillon-Macron. Tu ne m'en veux pas j'espère... ;-) Mais je n'y crois pas du tout. Marine Le pen est dans toutes les lèvres, comme un spectre qui cristallise toutes les peurs. Beurk ! Elle va sans aucun doute nous faire CHIER !!!

  2. #2

    Par le à

    La peur, c'est le maître-mot, en effet. Des deux côtés de l'isoloir. :)

    Sinon, ce texte ne défend pas l'abstention en tant que nihilisme mais en tant que droit à l'indécision, à la fatigue, à l'ignorance, à la peur aussi...

    Et rappeler qu'on ne met pas impunément des millions de gens dans une petite boîte sous prétexte qu'ils pensent et agissent différemment.

    Après je fais mon malin en anticipant le résultat - malgré tout probable - de 2017, je le ferais moins quand ça arrivera !

    Pour terminer, Fillon-Macron ou Macron-Fillon, je ne vois pas de différence significative (en dehors de l'âge) : ils pourraient parfaitement bosser ensemble. Et pas forcément (trop) mal. Sauf sur deux points (pour moi, rédhibitoire). Fillon est un pur produit de l'église catholique, Macron, un pur produit des banques d'affaires.
    C'est peut-être justement de là que vient leur ressemblance (et ma plus-que-méfiance à leur égard) ?

  3. #3

    Par le à

    Bonne nouvelle, Sarkozy est hors circuit !!! 

    Le droit à l'indécision, à la fatigue, à l'ignorance, à la peur aussi... Je comprends tout à fait !

    En fait quand je dis que je verrais bien Macron-Fillon en finale des élections, je ne sais pas d’où je sors ça. Ce n’est pas un pronostic vu qu’il impensable de ne pas compter sur Marine Le Pen dans cette équation. Ce n’est pas non plus un souhait vu que Macron (en particulier) ne m’inspire pas confiance. J’en discutais récemment avec une amie qui l’a côtoyé et qui le traitait de danger public, d’électron libre prêt à tout. Ce serait un épouvantable arriviste, plus libéral que tous les représentants de la droite réunis… et cette amie est de droite, une droite sans Sarkozy d’ailleurs !

    Quant à Fillon, oui, j’avoue, j’ai zappé un court instant qu’il était un fervent catholique. Et en tant que pur produit de l’église catholique il n’est pas emballé par l’avortement et le mariage gay, c’est certain. Néanmoins il n’a pas l’intention d’y toucher. Ni même l’accès à l’adoption simple aux couples homos, s’attirant ainsi les foudres des anti-mariage-gay. Il a par contre la volonté de réecrire la loi Taubira afin de fermer l’adoption plénière à ces derniers. (http://www.huffingtonpost.fr/2016/11/18/francois-fillon-vote-anti-mariage-gay/). Que de perte de temps !!! Pour le reste : le chômage, les retraites, la sécurité… bref tout ce qui inquiète le peuple, je ne pense pas que ça puisse poser de problème majeur. Si ?! ;-) En tout cas il vient de faire un petit pas…

    Allez bisous…

  4. #4

    Par le à

    Techniquement parlant (connaissance et gestion des dossiers), Fillon est de très loin le plus compétent de tous les candidats (droite comme "gauche"). Je crois que j'en avais déjà parlé ici il y a quelques années...

    Ses (futurs) problèmes ne viendront donc pas de là. :)

  5. #5

    Par le à

    En effet, ses problème viendraient plus probablement de son conservatisme et puis de son programme lui même qui est quand même très dur... si dur que ça va être compliqué de passer ! Décidemment, je penses que ces futures élections vont partir dans tous les sens...

Fil RSS des commentaires de cet article


Écrire un commentaire…

Précaution anti-spam

… ou lire un article au hasard