Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13
, - 187 mots - 2 commentaires

Narrathon novembre 2016 : jour 15

La réorientation in extremis d'hier semble avoir été bénéfique. Le récit retrouve son idée d'origine tout en conservant une propension (inévitable ?) à la digression sauvage. Les prochaines journées seront très certainement empruntes d'une forme d'équilibre de la terreur entre ces deux options. Brrrrr !


Nombre de mots

1044.


Résumé 

Notre héros s'est remis à travailler son personnage et n'a pas encouru cette fois le courroux de son auteur. Mais notre héros, comme les chats, ne dort que d'un œil…


La phrase

La logique, quelque part, est l'ennemie du hasard. Et le hasard, lui, est mon ami.


Le débrief'

Malgré le retour sur des rails plus à même de mener ce récit à sa destination finale, le travail de réécriture s'annonce énorme. Mais déjà, être arrivé à mi-chemin, est une sorte de satisfaction. En fait le vrai problème de ce « Narrathon », comme pour n'importe quel marathon en fait, est dans la préparation. Ou plutôt son absence de préparation. C'était une des règles de départ mais elle n'est visiblement ni viable, ni fiable. S'il me prend l'envie de recommencer ce genre de folie, il est évident que je m'y prendrais différemment.

Allez ! Plus que 15 jours.


2 commentaires

  1. #1

    Par le à

    Je suis de tout cœur avec toi... :-)

Fil RSS des commentaires de cet article


Écrire un commentaire…

Précaution anti-spam

… ou lire un article au hasard