Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13
, - 420 mots - 2 commentaires

Cinq "pinte à tonic"

Résumer sa vie en cinq chansons. Voilà l'argument le plus léger et peut-être le plus stupide à jamais avoir été utilisé comme support d'article pour ce blog. Ce qui est certainement faux mais qui ira vérifier, compter, classer et ordonner les articles les plus légers et/ou les plus stupides parmis toux ceux déjà publiés ?
Si l'exercice t'amuses et que tu souhaites y ajouter ta liste, n'hésite pas à le faire dans les commentaires.
Les liens proposés mènent vers des vidéos YouTube.


1

Une fois passé sans encombre les premiers obstacles organiques, la vie est joie et couleurs (exceptées la télévison et les vidéos de cette époque). Les gens sont beaux et souriants. Les animaux se laissent approcher. Les commerçants se laissent voler des bonbons. Bref, tout va bien et l'insouciance est le maître mot.
Bémol : tu n'as pas beaucoup de temps pour en profiter.
Trémol : tu n'es pas averti qu'il faut en profiter davantage.

(Le petit oiseau de toutes les couleurs, Gilbert Bécaud, 1966)

2

Du coup tu fais l'huluberlu, le baladin, l'imbécile heureux qui ne regarde ni la lune ni le doigt ni le sage mais qui contemple l'univers parce que l'univers est beau. Sauf que la contemplation ne te prépare pas à la vie en société. Tu n'apprends ni à mentir ni à trahir. Tu n'apprends pas à te protéger. Tu souris. On te frappe. Tu pleures. On te frappe. Tu cries. On s'écarte. On te met à l'index. Sur liste noire, l'huluberlu. Tu deviens indésirable.

(La mauvaise réputation, Georges Brassens, 1952)

3

Alors tu te poses des questions. Et le plus beau ? Tu trouves des réponses ! Mais personne n'en veut de tes réponses. Seules les questions sont importantes puisqu'elles permettent de se battre, de trahir, de mentir, d'abuser, de tricher, de voler, et surtout, histoire de faire d'une pierre tombale mille coups tordus, de se déguiser en maître ou en prophète.

(Il n'y a plus rien, Léo Ferré, 1973)

4

Alors tu t'isoles. Tu recrées l'univers et l'univers t'y aide. Il t'ouvre des portes. Te fais traverser des murs. Il te divise en milliards d'autres toi et les disperse au sein des galaxies. Puis il dessine une carte pour que tu te reconstruises. Patiemment. Il t'apprend à ne plus regarder mais à voir.

(Les fastes de la solitude, Hubert-Félix Thiéfaine, 2001)

5

Alors tu vois. Que les mensonges sont des peurs. Que les trahisons sont des peurs. Que les coups sont des peurs. Que la peur elle-même n'est qu'une peur. Celle de voir le monde tel qu'il est vraiment. Une vaste blague. Mais en couleurs. Et en musique.

(It's only rock'n'roll, The Rolling Stones, 1974)


2 commentaires

  1. #1

    Par le à

    That's impressive... ;-)

  2. #2

    Par le à

    On attend ta liste. :)

Fil RSS des commentaires de cet article


Écrire un commentaire…

Précaution anti-spam

… ou lire un article au hasard

(rafraîchir cette liste avec F5)