Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13
, - 792 mots - 19 commentaires

Autorité : de la confiance à la sanction

Deux articles sur Rue89, celui-ci et celui-là, me permettent d'envisager quelques hypothèses sur un évènement récent qui m'a profondément marqué.

Ce que dit Michel Winock dans ces deux entretiens sur les raisons et les méthodes des conflits sociaux made in France, décrits comme "culture française de l'affrontement" (le peuple contre l'État), me semble tout à fait applicable aux plus petites organisations.

Démonstration.

Attention : ça va être long et possiblement chiant... z'êtes prévenus !


Quand je ne fais pas le clown sur le net, je passe quelques soirées (tous les vendredi) dans le froid parisien à tenter d'apporter un peu d'aide matérielle et de réconfort moral aux personnes défavorisées, abandonnées sans remords par le rythme trépidant de notre société.
Personnes sans abris, chômeurs récidivistes, inadaptés en tous genres, retraités précaires, sorties de prison... De plus en plus de jeunes, de plus en plus de femmes, forment une masse de gens dont le yin et le yang s'appellent souvent résignation et désespoir...

Je ne rentre pas dans les détails de ce qui se passe ces soirs-là. Non pas que trop de détails tue le détail. Bien au contraire ! Trop de détails appelle d'autres détails puis d'autres encore. Et c'est ainsi qu'en lieu et place d'une histoire qu'on souhaitait générique, on transmet une exhaustive bouillie descriptive.
J'aurais également aimé éviter les digressions, malheureusement, j'adore ça !


Pour clarifier quand même un peu les choses (ou tenter de), posons quelques repères.

Organisation : groupe d'au moins trois personnes liées par un objectif commun.
En deça (deux, une, zéro), pas de possibilité d'arbitrage, de médiation ou de recours. Au-delà, plus le nombre s'élèvera, plus les possiblités de conflits augementeront et plus l'importance et la nécessité d'un arbitrage se fera sentir. Je pars du principe (par commodité) qu'une organisation agira toujours collectivement dans le sens qui lui semble le plus propice à sa pérennité quelle que soit sa structure, de la plus libertaire à la plus autoritaire, exception faite de l'entreprise qui est une forme pervertie d'organisation.
Le cas des organisations suicidaires ou bio-dégradables est un cas particulier (et intéressant) qui ne sera pas traité.
Les modèles d'organisations les plus courants sont la famille, la bande, le club, l'association, le syndicat, le parti, la nation.

Arbitrage : action d'observer, de juger puis, si besoin, de sanctionner sur la base de règles pré-existantes et connues de tous.
C'est ce "pré-existantes et connues de tous" qui garantit qu'un arbitrage ou une médiation aboutira à une solution (en dehors des cas volontairement conflictuels que l'on verra plus loin).
L'équivalence avec ce qui fait dans la plupart des sports est assez évidente. Au niveau de la Nation, la Justice endosse ce rôle puisque nul n'est censé ignorer la loi...

Autorité : difficile à définir précisément, je vous renvoie à votre philosophe préféré. De mon côté, je m'en tiendrais à ce qu'écrivait Diderot. C'est clair, simple et applicable à beaucoup de situations dont celle qui me préoccupe :

« Toute autre autorité vient d’une autre origine que de la nature. Qu’on examine bien, et on la fera toujours remonter à l’une de ces deux sources : ou la force et la violence de celui qui s’en est emparé, ou le consentement de ceux qui s’y sont soumis par un contrat fait ou supposé entre eux et celui à qui ils ont déféré l’autorité. »
(source)

En clair, à partir du moment où on se soumet à une autorité, ou on la subit, ou on la supporte !


L'autorité n'est pas innée, elle s'acquiert. C'est un processus plus ou moins long qui dépend étroitement d'un critère absolument subjectif et parfois irrationnel : la confiance. Confiance en soi ET confiance que les autres vous témoignent... pour acquérir de l'autorité il est indispensable que ces deux perceptions de la confiance (interne et externe) soient indissociables.
Ce n'est pas non plus un privilège hiérarchique, l'autorité pouvant dans ce cas facilement mener à l'autoritarisme.
Autorité et autoritarisme sont souvent confondus, c'est normal, les deux termes sont proches ; et le deuxième découle directement d'un excès du premier. Par exemple, dans une structure de type entreprise (organisation pervertie dans laquelle une hiérarchie exclusivement verticale fait que la "règle" édictée en haut n'est obligatoire et applicable qu'en bas), l'autorité est directement liée à la situation hiérarchique, hors de tout critère de compétences ou de reconnaissance (qui peuvent par ailleurs exister mais dans une structure d'entreprise, c'est alors un cas particulier...).
L'État français, parce que dirigé comme une entreprise, est un "bon" exemple d'une autorité qui a glissé vers l'autoritarisme...


L'autorité se définit complètement par trois interactions. De la même façon que le théâtre grec antique s'articule autour d'une unité de lieu, de temps et d'action, l'autorité se fonde sur un schéma tri-dimensionnel structure-règlement-capacité.

la structure : cadre (physique et/ou moral) dans lequel l'autorité s'exerce strictement ; hors de ce cadre, l'autorité n'a pas de sens, à l'intérieur elle n'a pas de limite (d'où les dangers de l'autoritarisme) ;
le règlement : ensemble de règles (tacites ou explicites) qui définissent (plus ou moins précisément, humain, trop humain...) les limites des interactions entre les personnes à l'intérieur d'une structure pré-définie ; ces règles sont obligatoirement à la libre disposition de toutes les personnes actives à l'intérieur de la structure, par l'écrit ou par la parole ; l'autorité s'appuie sur ces règles et uniquement sur celles-ci pour légitimer ses décisions (l'autoritarisme commence dès qu'il y a outrepassement unilatéral de ces règles par l'autorité qui a la charge de les faire respecter) ;
la capacité : ensemble d'attitudes, de décisions, de compétences, objectives et subjectives, qui permettent à une ou plusieurs personnes à l'intérieur de la structure d'être reconnues comme dépositaires légitimes de l'autorité, en droit de faire référence au règlement et d'en appliquer ou d'en faire appliquer le contenu.

Pour reprendre plus clairement l'exemple proposé par Wikipédia :
- dans le cadre d'un procès, pour un magistrat, sa structure est le tribunal (structure physique), son règlement sont les lois, sa capacité est sa compétence ; son autorité découle à la fois de sa connaissance des lois, de sa façon de les invoquer à bon escient et dans les strictes limites de son tribunal ;
- dans une famille, la structure est la famille elle-même (structure morale), le règlement est l'ensemble des recommandations et enseignements des adultes vers les plus jeunes, la capacité (confondue ici avec l'autorité) se juge sur l'efficacité de la transmission du règlement et sa prise en compte réelle par les plus jeunes.

L'autorité parentale diffère de l'autorité judiciaire en ce que la première n'est pas universelle : chaque famille a son règlement alors que la Justice est la même pour tous (théoriquement...).
L'autorité parentale a elle-même comme autorité, l'autorité judiciaire. L'autorité judiciaire a comme autorité, l'autorité politique (et notamment les députés qui font les lois), l'autorité politique a comme autorité les électeurs, ces électeurs étant eux-mêmes assez souvent parents... ainsi fonctionne, de manière très schématisée, le cycle de l'autorité dans une démocratie basique.

Entre l'autorité judiciaire et l'autorité parentale, il existe un nombre important de situations intermédiaires, ce que Wikipédia dans son exemple appelle "groupe informel".

Le "groupe informel" qui m'intéresse ici a ceci de particulier :
- sa structure est à la fois physique et morale ; première difficulté : savoir à quel moment on passe de l'une à l'autre ;
- son règlement est en constante évolution ; deuxième difficulté : savoir comment une nouvelle disposition, une idée ou un acte devient une règle ;
- sa capacité est sa réactivité ; troisième difficulté : savoir à quelle structure - morale ou physique - attribuer la nouvelle règle.


Le décor est posé, passons à l'histoire et voyons comment et pourquoi un état que l'on qualifiera de consensuel en vient à être conflictuel et comment ce conflictuel débouche inexorablement sur une séparation (divergence qui mène à un conflit) puis sur une scission (conflit qui mène à un affrontement).

Vu la longueur de cet article (sérieux, quelqu'un a tout lu ? bravo !), je propose de faire une pause et de continuer cette "étude" lors de prochains articles.
D'autant que je n'ai encore rien écrit pour la suite... ça me donnera le temps d'y réfléchir un peu !

 

(à suivre)


19 commentaires

  1. #1

    Par le à

    Maiheu ! j'attendais la suite ! :P

    Bah, je patienterai en lisant le dernier "Manière de Voir" du diplo ;)

  2. #2

    Par le à

    Et si on faisait une pétition ?
    :)

  3. #3

    Par le à

    Plus sérieusement, peut-on savoir ce qui t'as motivé à t'engager dans pareille diatribe ?

    C'est bien écrit, documenté, mais hélas ce soir pas le courage de tout lire et comprendre.

    Demain, à tête reposée avant d'aller voir Harry le Pottier.

    Oui, ma culture est sans limite.

  4. #4

    Par le à

    Oui, bon je vais attendre aussi de pouvoir lire ton billet a tête reposée. Pas très drôle les sujets en ce moment (avec interdiction d'en rire en plus)... c'est p'têt l'occasion de bosser un peu !

  5. #5

    Par le à

    Hum... ça devient très technique ^^

    Mais j'ai quand même envie de rebondir là-dessus : "Par exemple, dans une structure de type entreprise (organisation pervertie dans laquelle une hiérarchie exclusivement verticale fait que la "règle" édictée en haut n'est obligatoire et applicable qu'en bas), l'autorité est directement liée à la situation hiérarchique, hors de tout critère de compétences ou de reconnaissance (qui peuvent par ailleurs exister mais dans une structure d'entreprise, c'est alors un cas particulier...)"

    Pour le bon fonctionnement d'une entreprise, celle-ci aurait tout intérêt à privilégier les compétences dans l'évolution de la hiérarchie... or il n'en va pas toujours ainsi (rarement ainsi dirais-tu) pourquoi ? Pour des questions humaines. Ce qui "perverti" l'entreprise ce n'est pas son organisation à proprement parler, c'est la lutte d'intérêts interne.

    Dans l'entreprise où je travaille les règles sont applicables à tous, et le patron ne s'y soustrait pas, il est constamment sur le terrain à côté ses salariés. Ce qui fait la différence c'est avant tout une question de personne (la notion de respect), d'intérêts et de taille. Plus l'organisation va être importante, plus les intérêts particuliers provoqueront des conflits (ce que tu dis au départ)

    Je n'aime pas beaucoup ce doigt accusateur sur "l'entreprise" alors qu'il devrait se diriger sur l'être humain qui organise la société à son image.

  6. #6

    Par le à

    Tu n'as pas tort.

    Que ce soit l'entreprise, la banque, le marché, la politique, il y a toujours derrière un être humain qui à un moment a pris une décision.

    Mais j'ai préféré (pour rester générique) écrire "entreprise" plutôt qu'"entrepreneur" pour justement ne pas les mettre tous dans le même sac...

  7. #7

    Par le à

    C'est pourtant ce que tout le monde fait... (à mon tour de généraliser ^^)

    Dans toutes les autres formes d’organisations (sans but lucratif) les conflits viennent aussi pervertir le système : intérêts antagoniques, luttes intestines, désaccords… ce n’est pas l’apanage des entreprises il me semble. Il n’y a qu’à voir dans mon bled, « les amis de l’Eglise de V***** » a volé en éclats à cause de la mésentente de ses membres bénévoles et bienveillants !

    Je dirais que l’organisation sous forme d’entreprise est celle qui « souffre » le plus du fait des intérêts divers, de l’argent qu’elle est censée générer, du pouvoir qu’elle implique et qui rend les gens… un peu fous ! Elle n’est pas à mettre à part -ni a diaboliser- mais à placer peut-être tout en bas de l’échelle des organisations qui fonctionnent le « mieux » Mais peut-être que je chipote !

    Il faut dire qu’en la matière je suis assez susceptible. J’ai commencé à donner des exemples personnels (et assez durs) du pourquoi je n’apprécie pas ces généralisations sur les patrons et les entreprises… mais bon, j’ai effacé. Je parle trop de ma vie privée, faut que j’arrête ^^

  8. #8

    Par le à

    Bah moi (pour résumer), je me suis acheté un T-SHIRT où est imprimé sur le torse en gros dans un panneau de stationnement interdit:

    "Interdit de me donner des ordres".


    Ce qui vous laisse imaginer mon rapport à l'autorité.

  9. #9

    Par le à

    L'autorité et l'ordre sont des choses différentes (ce sera en partie le sens de la suite).

    Elles peuvent bien sûr se rejoindre et se confondre (et là, attention : danger) mais en gros je dirais que l'ordre intrevient au niveau individuel (y compris dans une armée où les soldats sont indifférenciés) alors que l'autorité agit au niveau collectif (même si c'est un seul individu qui en est la référence).

    Mais je veux bien ton t-shirt ! :)

  10. #10

    Par le à

    "Interdit de me donner des ordres"

    Mon père était comme ça. Il a dû se dire un jour : Puisque je n'aime pas qu'on me donne des ordres, c'est moi qui vais en donner ! Il avait une autorité qui semblait assez naturelle, du bagout et une sorte d'aura qui fait que les gens le suivaient facilement... mais dans le monde des affaires, sans aller jusqu'à vouloir jouer les loups, vaut mieux éviter d'être agneau !

    Je me suis demandée ce qu'était un bon patron ? A priori quelqu'un qui obtient de bons résultat aussi bien sur le plan financiers que d'un point de vue relationnel (capacité à motiver, à mobiliser et à souder ses troupes) Lui, il a toujours manifesté de la confiance et du respect envers ses collaborateurs et ses partenaires (un peu de trop), les deux tiers des sociétés et des produits qu'il a crées existent toujours, pourtant... à l'heure de la retraite, il est passé à deux doigts de se retrouver SDF ! Pas la peine de se fatiguer à rédiger un testament ^^


    A part ça, j'ai un t-shirt similaire que je porte à la maison quand je sens mon homme d'humeur... autoritaire ^_^

  11. #11

    Par le à

    Bon, je voulais juste préciser... je ne suis pas vraiment susceptible. Je n'en veux pas aux gens parce qu'ils ont eu un vécu différent, qu'ils ont une sensiblité différente et un mode de pensée différent... simplement il y a des choses qui agacent (parfois mettent en colère -comme le racisme, n'est-ce pas!-) et il est difficile de ne pas réagir.

    Sur ce, à bientôt... j'espère.

  12. #13

    Par le à

    J'ai l'impression que Mlle Anaïs s'est fait taper sur les doigts pour internetohilie aggravée ! ;)

  13. #14

    Par le à

    C'est un peu ça...

    En tout cas, depuis le temps que je ne suis pas passée je m'attendais à trouver plein d'articles ^_^

  14. #15

    Par le à

    Tu boudes ?

  15. #16

    Par le à

    Mais non ! :)

    J'essaie désespérément de finaliser des articles pour que tu aies quelque chose à lire tout en défendant Maïa sans oublier de remplir mon verre, etc, etc...

    Patience ! Le prochain article devrait parler de "musique" s'il n'y a pas d'urgences entre temps... ;)

  16. #17

    Par le à

    Bof, moi et la musique... j'attend toujours celui de l'attachement ^_^

    A part ça je te taquinais. A part ça aussi, tu auras compris que je me ferai plus rare.. Si vous n'étiez pas tous aussi sympathiques, ce serait plus simple. Vous voulez bien me faire plaisir et vous transformer en abrutis détestables ?!

  17. #19

    Par le à

    Bin, heureusement qu'il n'écrit pas que pour moi ^-^

Fil RSS des commentaires de cet article


Écrire un commentaire…

Précaution anti-spam

… ou lire un article au hasard

(rafraîchir cette liste avec F5)