Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13
, - 502 mots - 6 commentaires

Fififip... hourra !

Aujourd'hui, FIP fête ses quarante ans et pour l'occasion, nostalgie et festivités se succèdent dans un déluge musical, cuvée 1971.

Vous faisiez quoi, vous, en 1971 ?

 

J'ai beaucoup de mal à me rappeler ce que je faisais en 1971... je ne sais même plus où j'habitais...
Plus à Paris (hélas !), encore ici ou déjà là-bas ?

Damned ! c'est terrible d'avoir aussi peu de mémoire sur des évènements personnels alors que je me souviens parfaitement de Marignan 1515 !

À l'époque, j'avais développé une passion pour le club de foot de l'AS St-Étienne !
Je ne sais pas pourquoi... rien ne me rattache à cette ville où je ne n'ai jamais mis les pieds... je suppose qu'à cet âge on a besoin de se créer des idoles et celles que la télévision nous proposait étaient (déjà) assez ringardes... n'étant pas dans un milieu musical, les merveilles de cette année-là ne me parviendront que plus tard... je crois que là se joue le début de ma mélancolie : je suis passé à côté de ma décennie !


J'ai découvert FIP beaucoup plus tard. Au tout début des années 80.

Jeune et fier conducteur d'une Renault 16 TX (ma première voiture), je me suis retrouvé un soir coincé dans un embouteillage monstre (mon premier) rue St André des Arts à Paris (ça, par contre, je m'en souviens très bien !)...

Il pleuvait... j'étais novice en conduite automobile mais je me la pétais grave : volume à fond sur des cassettes pourraves (niveau son), vitre baissée malgré la pluie, clope au bec... qu'est-t'as ? t'as un problème ?... et me voilà coincé sur le boulevard St Germain peu après l'Odéon... 10minutes, 20 minutes, une demi-heure ! et la bande de la cassette qui vrille dans l'auto-radio ! putain... obligé d'écouter la radio...

Non, non, je ne me suis pas mis à écouter FIP à ce moment-là, je ne connaissais pas cette radio.

Je ne sais pas quelle était la station pré-programmée (RTL, je pense...) mais par contre je me souviens de l'émotion ressentie alors que la radio passait ce morceau (écoutez ce final à pleurer, cette osmose entre un artiste et son public... tout l'album est comme ça, j'essaierais de vous en parler plus longuement un jour...) !
Si loin de tout ce que j'écoutais à l'époque et si proche de ce que je recherchais !

J'aurais voulu que l'embouteillage dure des heures tellement j'étais satisfait, charnellement satisfait, après cette écoute...

C'est en cherchant ce type de musique que je suis tombé sur FIP qui en diffusait pas mal entre jam jazzy et clavecin classique...

Au cours des années, j'ai exploré pas mal de domaines musicaux en mettant mes oreilles dans pas mal de "coinceteaux bizarres" (hello, Boris !), juste par curiosité.
J'ai fini par inventorier la vaste palette de ce qui me convient et de ce qui m'indiffère mais dès que j'ai besoin d'imprévu je me branche sur FIP. Je suis rarement déçu. Ça arrive, bien sûr, puisque parfois de l'opéra est au programme et je déteste l'opéra !
Mais dans l'ensemble, je suis plutôt enchanté de la programmation qui soit me fait découvrir soit me fait re-découvrir.

Alors, pour toutes ces années de bonheur musical, bon anniversaire FIP !


6 commentaires

  1. #1

    Par le à

    1971 ? Je devais être en maternelle !

    Pas beaucoup de souvenirs de radio pendant mon enfance, mais plutôt de disques, ceux que passait mon père : des Harry Belafonte, des Dave Brubeck, Louis Amstrong, Sinatra et même ce vieux Dean Martin...

  2. #2

    Par le à

    Fan de Fip!

    Une pensée pour Fip Côte d'Azur (101.1), sucrée par les politiques de droite au début des années 90 et remplacée sur les ondes par Radio Baie des Anges, un truc de vieux tout pourri. Bande d'enculés.

    Thanks for the Hathaway piece, éric, great groove.

  3. #3

    Par le à

    Mouarf,

    même pas née.

    Mais je vais me brancher sur FIP pour tester vos bons conseils.

    Et si un jour vous écoutez NRJ ou un truc de Djeun's (genre truc que je déteste) sur Paris mais que c'est du bon gros rockitach qui en sors, vous inquiétez pas.

    C'est juste moi qui ait ramené mon émetteur FM allume-cigare MP3... acheté en Lybie et qui là-bas émet sur des bandes FM larges :)) 5m de portée, mais sur le périph ça fait bien chier les voitures d'à côté !

  4. #4

    En 1971, je ne me baladais même pas encore dans les couilles de mon père, pour te dire :D

    Bien que je n'aie jamais écouté FIP, je trouve que c'est un joli compte-rendu, personnel et touchant.
    J'en ai un sous le coude quant à mon rapport à la musique... Il sera en ligne très bientôt!

  5. #5

    Par le à

    En 1971, je ne me baladais même pas encore dans les couilles de mon père, pour te dire :D

    Mamzelle Cat, encore plus fraîche que la rosée !

  6. #6

    Par le à

    1971 : J'avais 9 ans, j'habitais dans les Ardennes, mais à cet âge là, je n'écoutais pas la radio. C'est venu plus tard, vers mes 14 ans, j'écoutais l'émission "Loup garou" le soir sur france Inter, avec P. Blanqfrancard et Nicolas Hulot, qui faisait à l'époque une chronique moto, et suivi de feedback, une émission de rock.

    Mais F.I.P. je connais que de nom ...

Fil RSS des commentaires de cet article


Écrire un commentaire…

Précaution anti-spam

… ou lire un article au hasard