Peinture murale de Dominique Larrivaz représentant un chien allongé et souriant, visible rue des Frigos, à Paris 13

À Propos

Cynozophrène [sinɔzɔfʁɛn] : entité schizophrène, mi-homme, mi-chien, mi-molette.

Les plus représentatifs sont :

  • le cynozophrène des Baskerville ;
  • la cynozophrène du Gévaudan ;
  • le cynozophrène mural…

Mural [myʁal] : se dit du spore d'un champignon ou d'un lichen dont les cloisons sont à la fois longitudinales et transversales.
Par extension, se dira de toute entité qui confond carapace et sarcophage.

Peinture murale de Dominique Larrivaz, rue des Frigos, Paris 13e.
Peinture murale de Dominique Larrivaz, rue des Frigos, Paris 13e. Photo de l'auteur, 25 mai 2012.

Murmurator te salutant !

« Bien qu'il tentera d'escalader des murets parachevés de tessons muriatiques
« Malgré qu'il entreprendra de franchir d'invisibles murailles en fragile murrhin
« Il se peut qu'il se voile d'une armure alourdie de murmures
« Murmures des murènes alanguies en leur murmel de fêtes
« Murmures du vent sous les mûriers d'automne
« Murmures impatients des lémuriens aux ramures si nues
« Leurs fémurs si ténus qu'une voix les briserait !


« Le Cynozophrène Mural » est le continuateur de l'ancien et disparu « Le Loup & Le Chien » qui a connu les joies du web entre 2008 et 2012 avant de sombrer corps et biens dans une inexplicable et malencontreuse opération de sauvegarde qui s'est avérée être le remake de « Le Titanic à Fort-Alamo est une ordure ».

Ce blog voulait être un espace de libre expression, pour les rédacteurs comme pour les commentateurs, reprenant à son compte la fameuse phrase (faussement) attribuée à Voltaire : « Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites mais je me battrais pour que vous puissiez le dire. »

Le titre « Le Loup & Le Chien » était emprunté à la fable éponyme de Jean de La Fontaine dans laquelle l'idée de liberté et son corollaire, l'ascétisme, est opposée à l'état de confort et son lourd tribut, la prison.
La réalité est cependant bien moins manichéenne, puisqu'en chacun de nous, à chaque instant, loup et chien se mêlent, s'appellent, se querellent et tirent les ficelles de nos pantomimes frêles…
Du miel, du fiel, du rimmel et quelques décibels… mélangez, servez !

Son successeur ne dit pas autre chose.
Pour autant, cette libre expression ne s'exonère pas de la tolérance et du respect que requièrent la parole et les idées d'autrui, bien au contraire.

En conséquence, les propos stupidement et gratuitement injurieux envers qui que ce soit (individu ou communauté d'individus) seront à jamais dilués dans le grand néant du dev/null et leurs auteurs, après avoir été longuement bouillis, seront découpés en fines et longilignes lamelles puis jetés en pâture aux proto-cloportes bruns, ces miroirs de leurs pseudo-neurones !


L'auteur de ces blogs, vieux singe fatigué des grimaces, aurait aimé que le « Back to the trees! » de l’Oncle Vania (non, pas celui-là, l’autre !) ne soit qu’un trait d’humour.
Malheureusement, il est à craindre que nos débordements d'apprentis chimistes auront tôt fait de ré-arboricoliser les plus survivants d'entre nous !

Si toutefois un arbre a su rester debout…