Normalement, le premier article d'une nouvelle année est plutôt consacrée au bilan de l'année écoulée. Mais m'as-tu déjà vu faire quelque chose de normal ? Je vais donc plutôt te faire le bilan de l'année qui arrive.

Commencée un 1er janvier peu avant 00h01, l'année 2016 se terminera un 31 décembre peu après 23h59. Elle durera très exactement 366 jours qui se répartiront en 12 mois inégaux compris entre 29 et 31 jours de 24 heures chacun. Parfois il aura fait beau et parfois il aura plu. Ses évènements les plus marquants en feront une année mémorable.

Car.

En 2016, les poules auront des dents et s'en serviront pour mordre la poussière.

En 2016, le Parti Socialiste français se sabordera pour protester contre le projet de loi qui interdira de reprendre deux fois du dessert à la cantine.

En 2016, ce qui reste des réacteurs de Fukushima rappellera aux autorités nipponnes et mondiales qu'on ne se comporte pas avec un accident nucléaire comme avec une promesse électorale.

En 2016, Nicolas Sarkozy mourra d'une embolie fécale en relisant ses discours.

En 2016, les écrivains abusant d'allitérations seront passibles de la peine capitale qui consistera à faire pleurer Paris sur des plans parallèles et pleinement parcheminés de plantes parricides camouflant de pléthoriques paravents, lesquels se plaindront paroxystiquement de pliages parasites.

En 2016, le bug de l'an 2000 aura encore buggé.

En 2016, les chanteurs ne seront pas autorisés à mourir en dehors du chant des caméras.

En 2016, le calendrier islamique affichera 1437, le persan 1394, l'indien 1937, l'éthiopien 2008, le copte 1732, le pirelli 95-60-90.

En 2016, un climatologue inventera le concept d'été amer indien.

En 2016, Pôle-Emploi recrutera des spécialistes de l'infiniment grand pour ses statistiques mensuelles.

En 2016, la Joconde embrassera la Vénus de Millo.

En 2016, la finale du Championnat d'Europe de football opposera la Russie et la Turquie. La troisième guerre mondiale pourra enfin commencer.